À la Une

Concours photo : constitution des groupes

L’envoi des photos pour l’épreuve libre est maintenant terminé. 57 participants ont été recensés. Comme indiqué au règlement, des groupes de trois participants ont été constitués par tirage au sort. Ces groupes sont présentés ci-dessous. Le jury va maintenant se réunir pour sélectionner la plus belle photo de chaque groupe, et permettre à son auteur  d’accéder à l’épreuve finale.

Les noms des personnes autorisées à poursuivre le concours et le thème de l’épreuve imposée seront communiqués le 31 mars dans la journée.

Lire la suite

Un oiseau rare à l’honneur : Le Traquet du désert

Depuis le mois de décembre, un oiseau très rare en France est venu se poser sur le littoral Audois : Le Traquet du désert (Oenanthe deserti).

Aujourd’hui encore, il y séjourne, mais très certainement pour peu de temps.

td-01

Cela faisait près d’une dizaine d’années que nous n’avions pas vu cet oiseau dans notre région. J’ai eu la chance de pouvoir aller l’observer à 3 reprises seulement, car je ne souhaitais pas  le déranger d’avantage, d’autant que de nombreux ornithologues venaient sur place afin de faire sa connaissance. Cela m’a donné l’occasion de faire de belles images .

Je vous livre ici les photos de mes observations ainsi que la présentation de ce bel oiseau.

td-02

Oiseau peu farouche, le Traquet du désert est très coopératif à l’égard des photographes. On peut de ce fait l’approcher facilement.

td-03

td-04

Cependant il bouge beaucoup, et déploie une activité prodigieuse. D’autre part, il est très mimétique et difficile à voir immobile sur son support ; on ne l’aperçoit que lorsqu’il volette ou court d’un point à un autre, et, si on le perd de vue on ne le retrouve que difficilement.

td-05

td-06

 Laissez-moi-vous le présenter :

C’est une espèce migratrice insectivore, de 14,5 à 15 cm de longueur. Les deux sous-espèces occidentale et orientale migrent rarement vers l’Europe occidentale.

Le Traquet du désert présente une queue presque intégralement noire. Les parties supérieures du mâle sont chamois. Le dessous est blanc avec une teinte chamois sur la poitrine. Le noir de la face et de la gorge s’étend sur les épaules,; il présente une bande sourcilière blanche.

td-07

Le trait le plus caractéristique, pour les deux sexes à tous les âges, est que toute la queue est noire sur le dessus. La femelle est plus grise dessus et dessous, et n’a pas de noir sur la gorge, dans le plumage d’hiver le noir sur la gorge du mâle est atténué par des pointes blanches.

Comme son nom l’indique, le Traquet fréquente les endroits désolés, les semi-déserts ou les steppes arides, une grande variété de terrains secs allant du niveau de la mer jusqu’aux plateaux d’altitude et même certains sommets montagneux à la limite orientale de son aire, en Asie.

Le Traquet du désert de l’Ouest se reproduit dans le Sahara et le nord de la péninsule Arabique. Celui de l’Est vit dans les semi-déserts de l’Asie centrale et en hiver, au Pakistan et en Afrique du Nord.

En Afrique du Nord, on le trouve le long du littoral atlantique, et dans la steppe dégradée à la lisière du Sahara. Lorsqu’il occupe la zone côtière, il accorde sa préférence aux zones de haies, de broussailles et de tamaris, mais aussi aux lits des rivières. Il apprécie les sols caillouteux et sableux, mais il évite les dunes, les pistes de gravier et les véritables déserts, même lorsqu’ils sont riches en insectes.

La plupart des populations sont migratrices, quelques unes (notamment celle d’Afrique du Nord) seulement partiellement. Elles prennent leurs quartiers d’hiver soit en Afrique, au sud du Sahel, soit dans le sud-ouest de l’Asie, de la Syrie jusqu’à l’Est de l’Inde, soit dans l’Est de l’Himalaya. Certains errants parviennent au Nord jusqu’en Suède, à l’Ouest jusqu’aux Iles Canaries et à l’Est jusqu’aux Iles Kuril.

Son régime est surtout constitué d’insectes, en particulier de fourmis, de coléoptères et de leurs larves. Il consomme également occasionnellement des araignées, des vers de terre, des petits lézards et des graines. Il recherche principalement sa nourriture sur le sol nu mais parfois aussi dans la végétation basse ou dans les airs à la manière d’un gobe-mouches. Celui-ci évoluait sur les nombreux bois flottés qui parsemaient la plage

td-08

td-09

td-10

Michel FERNANDEZ

D’autres photos sur mon site : Mes photos Nature

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’aime les bridges et ils me le rendent bien !

Le 20 juillet 2018, je publiais sur ce blog l’article suivant : Sony RX10 IV le bridge de tous les records. Dans ce post, je précisais que la dernière itération du RX10 battait plusieurs records du monde ; meilleure optique 24-600 f/4 du marché (signée Zeiss), meilleure rafale pour un bridge à 24 images par seconde (tout en conservant la mise au point et la mesure de l’exposition sur chaque image), meilleur autofocus pour un bridge (3 centièmes de seconde pour faire le point). Enfin, et c’est beaucoup moins glorieux, le RX10 IV parvenait, dans le même temps, à être le bridge le plus cher jamais conçu…

Aujourd’hui, je peux affirmer que ce bridge a battu un autre record, puisque l’article qui lui est dédié sur ce blog, reste le plus lu de tous les articles publiés sur émotions-numériques à ce jour. D’ailleurs, Google ne s’y est pas trompé puisque les requêtes « Test terrain Sony RX10 IV« , « Voyage avec Sony RX10 IV » ou encore « Essai du Sony RX10 IV » permettent de classer l’article dans les 2 premières positions sur le moteur de recherche.

 

Lire la suite

Photo de nuit : comment obtenir la meilleure exposition possible ?

Photographier de nuit, peut donner au photographe l’impression de pouvoir produire  de belles images « à bon compte ». Les lumières et les couleurs vives produisent des scènes plus dramatiques qu’en plein   jour. De plus, vous n’avez pas besoin d’attendre un éclairage spécial, tout est là, à portée d’objectif.

Lire la suite

Concours photo : épreuve libre, dernière ligne droite

L’épreuve libre du concours photo se terminera dans huit jours (15 mars à minuit). Aussi, je me permets un premier conseil à ceux qui n’ont pas encore envoyé leur photo :

« N’attendez pas le dernier jour pour le faire. Sachant que les boîtes de réception des e mails ne sont pas extensibles, un simple blocage de ma boîte dû à la réception d’un nombre trop important de photos, vous éliminerait définitivement du concours.« 

Pensez-y !

Ce n’est pas la date d’envoi qui compte, mais la date de réception de votre photo. Le 16 mars à 00h01, il sera trop tard…

Un dernier conseil pour éviter l’élimination :

« Relisez le règlement du concours afin de composer votre mail comme demandé,  et respectez la taille maximale de 2500 pixels pour la dimension la plus grande de votre photo. Elle peut-être plus petite mais pas plus grande. »

Bonne chance ! Jean-Michel