Psychologie et évolution de la couleur ORANGE et son utilisation en photographie

Située entre le jaune et le rouge sur le spectre visible, l’orange a une longue histoire en culture visuelle. Surnommé la «couleur la plus heureuse» par Frank Sinatra, examinons ensemble la couleur orange et sa signification de l’Antiquité à l’art contemporain.

Un article de Megan Kennedy – Photographe australienne. Traduit de l’anglais par votre serviteur.

Lire la suite

Optiques : Sony envoie du lourd !

Sony annonce deux nouveaux objectifs à longue focale, destinés à ses hybrides plein format. Le Sony FE 200-600 mm F5.6-6.3 G OSS et le Sony FE 600 mm F4 GM OSS. Après le FE 400 F2.8, sorti en 2018, la marque japonaise complète sa gamme d’optiques à longue portée. Rappelons que tous sont dotés de la stabilisation optique.

Je n’aborderai ici que le Sony FE 200-600 mm, le 600 mm F4 étant plutôt réservé à une clientèle professionnelle.

Lire la suite

Lightroom ajoute un nouveau curseur

A partir de la version 8.3.1 de mai 2019, Lightroom nous a ajouté un nouveau curseur « TEXTURE » qui permet de gérer la netteté de manière beaucoup plus efficace et surtout pratique.

Ceci est particulièrement utile pour le RAW de chez Fujifilm, qui n’était jusqu’à maintenant pas parfaitement bien géré en ce qui concerne la netteté (création de bruit important dans les zones sans détail). Le nouvel algorithme remédie à ce problème. Il est utilisable avec les outils pinceau, filtre radial et filtre dégradé.

Il ne modifie pas les couleurs contrairement à l’outil Clarté, ne modifie pas la saturation, en un mot est très efficace et simple d’utilisation.

Lors de vos développements avec Lightroom, n’oubliez pas d’utiliser le curseur Masquage pour réduire les effets de l’augmentation de netteté aux endroits nécessaires et ainsi réduire les possibilités d’ajout de bruit de fond sur les zones sans détails.

N’oubliez pas que Lightroom applique déjà une augmentation de netteté de 40 au chargement de votre fichier, avec un rayon de 1 pixel. Je conseillerais aux utilisateurs de ne pas dépasser ces valeurs (sauf cas très particuliers) et de gérer la netteté avec ce nouveau curseur Texture. Un retour d’expérience serait le bienvenu, merci aux contributeurs.

Jean-Claude Morin

NDLR : Le curseur texture permet d’ajouter de la netteté à votre image lorsqu’il est poussé vers la droite (sens positif). Mais il est aussi très utile, dans sa partie négative, pour lisser doucement la peau d’un portrait et atténuer ses défauts. Voir exemple ci-dessous.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

La photo de gauche sans lissage, la photo de droite après utilisation du curseur texture à -60.

Jean-Michel

Flash : Tout savoir sur la synchronisation à haute vitesse (mode HSS)

Aujourd’hui, j’ai décidé d’aborder la fonction HSS, dite synchronisation à haute vitesse du flash électronique.

Le rôle principal d’un flash électronique est d’éclairer le sujet, mais le cantonner à cette seule fonction serait se priver de tout un éventail de possibilités créatives.

À quoi sert le mode HSS ? Quand doit-on l’utiliser ? Suivez le guide !

Lire la suite

Godox S1 : Godox se met aussi à la tête ronde

ACTU « MATOS » :

Après Profoto, c’est au tour de Godox, le célèbre fabricant de flash, de se mettre à la tête ronde…

Après la rivalité des grandes marques d’APN sur le segment des boîtiers full frame hybrides, ce sont maintenant les fabricants de flashs qui s’affrontent, en offrant à leurs bébés une petite tête toute ronde, propice à une diffusion bien plus harmonieuse de la lumière..

Jusqu’à présent, les évolutions qualitatives des flashs cobra concernaient l’électronique et la mécanique (système TTL – HSS – tête zoom), mais jamais l’aspect physique, à tel point que l’utilisateur que je suis, avait fini  par croire qu’aucune évolution n’était possible de ce côté là.

C’était sans compter sur PROFOTO qui, avec son A1, a mis sur le marché le premier flash cobra à tête ronde. Résultat, une diffusion bien plus harmonieuse de la lumière, le seul hic son prix : environ 1000 euros. Pour un flash cobra, il faut reconnaître que l’addition est salée… Mais il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que GODOX fourbisse ses armes et sorte, à son tour, le Godox V1.

Contrairement à Profoto, qui ne s’intéresse qu’aux marques Canon et Nikon, Godox propose les versions Canon, Nikon, Fujifilm, Sony et Panasonic. À part cela, de nombreuses similitudes existent entre les deux produits :

  • Tête de forme arrondie
  • Tête équipée d’une lentille de Fresnel
  • Batterie rechargeable
  • Temps de recyclage rapide
  • Fixation magnétique des modificateurs
  • Lampe pilote LED

À la lumière de ce qui précède, le Profoto A1 présente deux défauts majeurs : il n’est compatible qu’avec les boîtiers Canon et Nikon et coûte une petite fortune pour un flash. Le flash Godox V1, vient donc mettre un peu d’ordre sur ce marché, en offrant une meilleure compatibilité et un prix beaucoup plus correct (299 euros).

Concernant la qualité de la lumière, la savoir-faire de Profoto, n’est plus à prouver. Malgré cela, les premiers tests comparatifs semblent indiquer que le Godox fait légèrement mieux que le Profoto. Voilà qui n’est pas un mince exploit. Côté puissance, les deux flashs sont à peu près égaux.

Côté autonomie, le Profoto est donné pour 350 éclairs à pleine puissance alors que le Godox permet, d’après son constructeur d’atteindre les 650 éclairs à pleine puissance.

À noter que les deux flashs peuvent être utilisés en mode « déporté » grâce à un contrôleur, vendu séparément. Ils peuvent également être utilisés en mode « contrôleur » et piloter d’autres flashs de la marque.

Caractéristiques techniques du GODOX V1

  • Puissance nominale : 76 Ws (1/1)
  • Couverture faisceau : 28 à 105 mm / Zoom auto – manuel
  • Tête orientable 2 axes : 0 à 330° horizontale / -7 à 120° verticale
  • Durée d’éclair : 1/300 à 1/20 000 s
  • Modes d’exposition : TTL / Manuel
  • Correction d’exposition FEC : ±3 diaphragmes précision 1/3
  • Mémorisation d’exposition : boutons FEL
  • Modes de synchronisation : HSS jusqu’à 1/8000s, 1er rideau, 2ème rideau
  • Stroboscopique : jusqu’à 100 éclairs / 199 Hz
  • Nombre de groupes : 5 (A,B,C,D,E) / Groupe E pour contrôle sans fil avec émetteur X1/2-T
  • Nombre de canaux : 32 (1~32)
  • ID : 01~99
  • Portée : 100m
  • Flash pilote : déclenchement par bouton test de profondeur de champ du boîtier
  • Assistance AF : 0,6 ~10m au centre / 0,6 ~5m en périphérie
  • Lampe pilote LED : 2W / 3300 K ±200K
  • Alimentation : batterie lithium-ion (7,2V / 2600mAh)
  • Autonomie à pleine puissance : 480 éclairs
  • Temps de recyclage : 0,01s~1.5s
  • Indicateur de batterie : Oui
  • Mise en veille auto : Oui
  • Synchro : contact central sabot / prise jack 2,5 mm
  • Température de couleur : 5600K ±200K
  • Dimensions : 76 x 93 x 197 mm
  • Poids : 420 g (sans batterie) / 530 g (avec batterie)

Je vous proposerai prochainement un test du Godox V1. En attendant, vous pouvez consulter le test du photographe Robert HALL (en anglais), ci-dessous.

Très belle journée !

Jean-Michel

Six raisons qui rendent un trépied in-con-tour-nable !

Le trépied est un accessoire remarquable, tant il peut rendre de services dans la pratique courante de la photographie. Il existe une grande variété de trépieds sur le marché. Certains sont conçus pour des appareils légers, d’autres pour supporter beaucoup plus de poids. Les trépieds sont accessibles à   tous les budgets. Leur prix est fonction de la gamme de matériaux utilisés, allant de l’aluminium à la fibre de carbone.

Lire la suite