La suite logicielle de Topaz Labs en promotion : foncez !

Amis photographes, bonjour,

Il y a quelques temps je vous parlais de la suite logicielle de Topaz Labs, trois logiciels que tout bon photographe devrait absolument posséder.

Topaz Gigapixel AI : (actuellement en version 6.2) permet de redonner vie à une photo ayant subi un « recadrage » trop important. Il arrive fréquemment qu’une image soit recadrée, surtout en photographie animalière lorsque le sujet est trop éloigné. Par contre un « crop » trop important va réduire drastiquement le nombre de pixels d’une image ce qui interdira un tirage papier de qualité et l’exposition éventuelle de la dite photo.

Prenons un exemple : vous disposez d’une belle photo, prise il y a quelques années avec un boîtier qui ne dépassait pas les 12 millions de pixels. Après un important recadrage, votre photo d’affiche plus que 4 millions de pixels ce qui interdit un tirage de qualité au format A3 +. C’est là que Gigapixel intervient. En un seul clic, il va transformer votre photo de 4 millions de pixels en une image de 24 millions de pixels ou plus. Au passage, il améliorera la netteté et supprimera le bruit. Elle est pas belle la vie. La photo ci-après est passée par Gigapixel, voyez le résultat.

Les deux autres logiciels, Topaz DeNoise AI et Topaz Sharpen AI sont également dopés à l’intelligence artificielle et permettent respectivement de supprimer le bruit numérique et d’ajouter de la netteté ou de supprimer le flou de bougé d’une photo. (Voir illustration ci-dessous).

Venons-en maintenant au but de cet article : les trois logiciels, regroupés dans un « bundle » sont actuellement proposés par l’éditeur à 159,99 euros au lieu des 259,97 euros habituels. Avis aux amateurs !

Lien permettant de commander le bundle à prix réduit : https://www.topazlabs.com/image-quality-bundle?utm_source=Topaz+Updates&utm_campaign=3ee187f15d-EMAIL_CAMPAIGN_2022_08_08_05_32&utm_medium=email&utm_term=0_5e4dd8652a-3ee187f15d-101455112&mc_cid=3ee187f15d&mc_eid=25b987bd75

Important : les trois logiciels peuvent être appelés depuis Lightroom ou Photoshop. Sachez ensuite que cet article n’est pas un placement de produits, car je n’ai aucun lien avec l’éditeur et je ne tire aucun bénéfice de cet article.

Bonne journée, à bientôt !

Jean-Michel

Canon EOS R3 – Mes réglages pour la photographie animalière : L’autofocus et la personnalisation du boîtier.

Dans l’article précédent, je vous ai parlé des réglages opérés dans le menu rouge consacré à la prise de vue, aujourd’hui, je vais m’intéresser aux paramétrages de l’autofocus : onglet numéro 2 de couleur rose.

Si vous avez lu mon article consacré aux réglages des Canon R5 et R6 pour la photo animalière, vous savez que j’ai isolé trois modes opératoires différents :

  1. L’animal est immobile ou se déplace très lentement ;
  2. L’animal se déplace rapidement (oiseau en vol, scène de prédation, galop, etc.) ;
  3. L’animal est, en partie, dissimulé derrière des branches, des herbes, etc., ce qui rend plus complexe le travail de l’autofocus.

Pour répondre à ces trois cas de figure, je vais utiliser un trio de bouton à l’arrière du R3 et attribuer à chacun un comportement de l’autofocus différent. Si vous n’utilisez habituellement que le déclencheur pour faire la mise au point, je vous recommande fortement ma méthode, car elle vous permettra de doper les capacités de mise au point automatique de ce boîtier.

Lire la suite

Réglages du Canon EOS R3 pour la photo animalière

Je vous avais promis un test terrain du Canon R7, mais je n’ai pas encore eu la possibilité d’en obtenir un exemplaire, alors c’est du Canon EOS R3 dont je vais vous parler aujourd’hui. Le test terrain viendra plus tard, avant cela, je vais vous expliquer les réglages que j’ai adopté sur le R3 pour la photographie animalière.

Je n’ai pas la prétention de vous proposer les meilleurs réglages, mais ceux que j’utilise ont fait leurs preuves et pourraient constituer un bon point de départ dans la compréhension du système autofocus le plus sophistiqué que j’ai jamais eu à connaître.

Pour vous permettre de comprendre mes choix, chacun d’eux sera commenté. Je ne vais pas aborder toutes les options du menu, mais me limiter aux plus importantes, c’est-à-dire à celles qui permettent de libérer le potentiel du boîtier tout en vous expliquant pourquoi je n’ai pas conservé les paramètres par défaut de l’appareil photo.

J’aborderai ensuite la personnalisation de certains boutons, y compris la configuration du système de mise au point automatique le plus efficace que j’ai pu utiliser.

Nombre de ces réglages peuvent être reportés sur les Canon R6 et R5, alors ne vous en privez pas !

Pour ne pas vous imposer un article trop long et indigeste, j’ai choisi aujourd’hui de limiter mon propos au premier onglet du menu du R3, c’est à dire l’onglet « Prise de vue ». Chacun des onglets suivants donnera lieu à un nouvel article qui paraîtra prochainement.

Lire la suite