Photographier le brame du Cerf

Cela faisait un petit moment que je n’avais pas posté d’article naturaliste sur le blog … Je me propose donc de réparer cela séance tenante avec un article qui est encore d’actualité.

Le brame du Cerf est un magnifique spectacle de la Nature.

DSC_9002

Tous les ans, il est très attendu par les passionnés de Nature tant observateurs que  photographes.

Les mois de septembre et octobre sont la bonne période de l’année pour observer les Cerfs et pour les écouter.

Je ne suis pas un fan des parcs animaliers et des animaux en captivité, préférant de très loin profiter des spectacles naturels et les  immortaliser; je vais donc ici vous parler du brame en milieu naturel et non dans des parcs type Sainte Croix ou autre … Bien que je n’ai rien contre,  les animaux étant captifs, cela ne m’intéresse pas.

Qu’est-ce que le brame ?

Le brame est le cri que poussent les cerfs pour attirer l’attention des femelles pendant la saison des amours. Ce peut être aussi un cri d’intimidation destiné aux autres mâles qui sont dans les parages. Ainsi, lorsque la période du rut arrive, ces braillements dominent la forêt. Et pour les personnes qui ne sont pas habituées, ce sont tout de même des rugissements assez impressionnants qui s’accompagnent généralement de bruits de bois qui se cognent.

334ce

En effet, il arrive que des cerfs s’affrontent quand d’autres mâles étrangers à leur groupe essayent d’approcher les femelles de leur harem. Des luttes très physiques et spectaculaires  qui  entraînent quelquefois des blessures graves. Leurs bois enchevêtrés, ils se transforment alors en sumotoris, le plus fort étant celui qui; ne cédant  pas un pouce de terrain à l’autre, gagnera le combat. A force d’emmêler leur bois, il arrive aussi que des cerfs meurent de fatigue après avoir fourni d’énormes efforts pour se dégager de leur adversaire. Tout au long de cette période, ces cervidés mâles se dépensent tellement physiquement qu’ils peuvent perdre jusqu’à vingt pour cent de leur poids, précisément une vingtaine de kilos.

DSC_9160_DxO

Le rut chez les cervidés commence généralement dans le milieu du mois de septembre et se termine début octobre. Toutefois, la saison des amours peut être décalée dans le temps en fonction de la chaleur de l’été.

Dans la mesure où la durée de la fertilité de la biche est très brève, à savoir une journée, les mâles ne disposent que de très peu de temps pour féconder les femelles. À cet effet, exceptionnellement les cerfs n’hésitent pas à sortir de leur discrétion légendaire pour se mettre à découvert dans les zones dégagées de la forêt. C’est pourquoi, il est possible de facilement les observer, et cela dès le crépuscule jusqu’à la nuit. De plus, les forêts pour le faire ne manquent pas en France. Mais encore faut-il connaître les bons endroits pour les débusquer.

DSC_9179

Comment le photographier ?

1- Se documenter et se renseigner : Les places de brame ne sont connues que de quelques habitués des lieux et, notamment … les chasseurs. Un guide de chasse connaît mieux que quiconque les places et les gîtes des grands cerfs. Néanmoins, si on ne veut pas passer par ce type de personne, il y a alors lieu d’essayer de demander aux habitués ou aux photographes éventuels que vous pourriez rencontrer, à condition toutefois qu’ils ne gardent pas ces précieuses informations pour eux !

2- Savoir profiter des meilleures heures Il vous faut bien comprendre que pour la photo Nature, ce n’est pas vous qui décidez ; ce sont les animaux ! Cela fait de nombreuses années que je pratique cette discipline et je puis vous le dire haut et fort : seule la Nature est maîtresse du jeu. Alors il ne faut pas perdre son temps à prendre son petit déjeuner ou à bavarder avec les copains mais plutôt être sur le terrain avant le lever du jour pour faire son approche et s’installer ! Après il sera trop tard, car les cervidés se cachent en forêt durant la journée.

Le soir avant la tombée de la nuit, est également un moment privilégié.

Comme je l’indiquais plus haut, les journées pluvieuses sont potentiellement bonnes pour faire de belles observations parfois en pleine après-midi.

DSC_9002_DxO

Bref il faut, généralement, savoir se lever tôt et se coucher tard pour faire de belles photos de brame.

3- Savoir s’approcher : Pour cela, il y a lieu tout d’abord de respecter le silence le plus « assourdissant » possible : Marcher précautionneusement en regardant, si possible où l’on met les pieds (une lampe frontale s’avérera utile au début du trajet mais il vous faudra l’éteindre avant l’arrivée) communiquer par signe et non par la parole. Marcher contre le vent pour ne pas amener notre odeur vers les animaux. Enfin éviter les couleurs voyantes. Les grands mammifères n’ont pas une très bonne vue, mais celle-ci est basée sur le mouvement si vous restez statique ils ne prendront pas garde à vous, mais si vous bougez, c’est fichu ! En revanche ils possèdent un excellent odorat et une non moins excellente ouïe.

Le moindre bruit ne va pas faire fuir le cerf; trop occupé qu’il est, ce sont les biches  qui l’entourent qui donneront le signal du départ.

4- S’installer : Maintenant que vous avez fait le plus dur, à savoir  l’approche, il faut vous mettre en place. Toujours en silence, dans l’obscurité, ce qui ne facilite pas les choses, il faut trouver un poste d’où vous pourrez shooter à votre guise et d’où vous ne serez pas visible. Vous pouvez avancer, en rampant sinon à 4 pattes avec un filet de camouflage sur vous, à moins que vous ne soyez entièrement camouflé. Vous aurez pris soin de régler la hauteur de votre trépied ainsi que les paramètres de votre boitier avant …

5- La prise de vue : Ça y est. Vous êtes en place et vous commencez à profiter du spectacle. Il se peut que la lumière au début ne soit pas suffisante pour prendre des photos, mais la patience paye toujours ! Bien calé sur le trépied vous allez pouvoir bientôt déclencher. Pour cela certains mettent leur boitier en mode « quiet ». Personnellement je ne l’ai jamais utilisé et, même si certains animaux tournent la tête vers le bruit qu’ils entendent, à partir du moment où ils ne me voient pas, ils s’en désintéressent bien vite.

6- Le matériel : Vous l’avez compris, vous allez devoir travailler en basse lumière de ce fait, L’utilisation du trépied s’avère indispensable. Les objectifs ou boîtiers les mieux stabilisés s’avéreront vite inefficaces.

Votre boitier doit être en mesure de supporter la montée en iso. Il m’arrive fréquemment de photographier à 10 000 iso et parfois de les dépasser (les photos ci-dessous ont été prises à 20 000 iso) !

DSC_9934

DSC_9958

DSC_9904

Il est  indispensable d’utiliser le format RAW, et ce,  pour des raisons évidentes : d’une part, avoir la totalité des pixels de votre capteur actifs et, d’autre part, pouvoir  optimiser le post traitement de vos images.

Utilisez le mode priorité à l’ouverture (A ou Av). C’est le plus simple pour avoir la vitesse il vous suffira de bouger les iso.

Optiques : Utilisez de préférence une grande focale : 300 mm ou plus, la plus lumineuse possible f/5.6 maxi

Camouflage : Restez camouflés afin de profiter le maximum de la présence des animaux. Prenez des vêtements robustes et non bruyants. Il existe bon nombre de vêtements camo vendus souvent  très cher dans les boutiques spécialisées.  Pour ma part, j’utilise des pantalons et vestes de treillis militaires (on peut en trouver à très bon prix dans les vide-greniers ou sur internet) ils sont en coton et de ce  fait,  ne font aucun bruit au déplacement, sont confortables et quasi indestructibles. Après quoi je prends également un filet type « chéchia »  que je met sur ma tête pour camoufler le visage. Les cagoules de chasse sont aussi excellentes pour voir sans être vu.

DSC_8880_DxO

7- Soyez prudent : Je vous le répète, aussi incompréhensible que cela puisse paraître, la chasse aux Cerfs est ouverte pendant la période du brame. Aussi je ne saurais trop vous conseiller de vous informer auparavant auprès de la société de chasse du secteur dans lequel vous allez évoluer, ou sur le site internet de la préfecture du département où vous vous trouvez pour connaître les zones chassées au jour le jour. Elles y sont indiquées. De même que sur le terrain, vous pourrez voir alors un panneau indiquant « chasse en cours ».

Les Cerfs sont des animaux  puissants pouvant peser plus de 200 kg et dotés de redoutables armures : leurs bois et leurs sabots. Il ne faut pas aller les taquiner, surtout lors du rut, car dopés à la testostérone ils peuvent alors charger d’une manière imprévue et soudaine et s’avérer extrêmement dangereux. Si cela vous arrive il vous faudra alors vous mettre rapidement debout et lever les bras tout en criant, cela suffira à le mettre en fuite. Ne vous couchez pas car les cerfs sont connus pour clouer littéralement les chiens de chasse au sol à l’aide de leurs andouillers de massacres (voir croquis ci dessous).

bois

DSC_9169

Généralement, les charges sont rares et se veulent dissuasives. Elles ne débouchent que très exceptionnellement sur une attaque, surtout si l’animal voit que vous capitulez.

DSC_9031

J’ai moi-même été chargé par un 10 cors qui s’est arrêté à une vingtaine de mètres de moi avant de retourner auprès de son harem, tandis que je partais sans demander mon reste.

Voila ce que je pouvais vous dire sur ce sujet.

N’oubliez pas la devise du photographe naturaliste : Observer sans déranger

DSC_9146_DxO

Michel FERNANDEZ

D’autres photos sur mon site : Mes photos Nature

NB : Toutes les photos présentées ici ont été réalisées en milieu naturel, en prenant soin de ne pas déranger la quiétude des animaux.

Un mammifère à l’honneur : Le Chevreuil

Après vous avoir parlé des Marmottes, je souhaite aujourd’hui mettre à l’honneur un très beau mammifère sauvage : Le Chevreuil.

Malgré son nom latin Capreolus capreolus, le Chevreuil n’est pas un capridé, mais un cervidé. Tout comme les cerfs, il possède des bois qui tombent chaque automne pour repousser au printemps d’après.

ch-01

Le Chevreuil est un animal à la fois craintif et curieux. On le rencontre de préférence au lever et au coucher du soleil, le plus souvent en lisière de forêt. Il n’est pas rare cependant de le voir en pleine journée en bordure d’autoroute ou au beau milieu d’un champ. Son comportement change parfois à certaines périodes de l’année, notamment pendant le rut et pendant la période de chasse.

ch-02
Rencontre inattendue d’une chevrette au détour d’un chemin

Aussi agile que rapide, le Chevreuil atteint 90 km/h en vitesse de pointe pour une moyenne de 70 km/h, il peut faire des bonds de 1.75  m de haut et de 6 m en longueur.

ch-06

ch-07

 Animal de petite taille : de 90 à 135 cm de long et de 55 à 80 cm de haut pour un poids de 15 à 35 kg, sa durée de vie est estimée entre 7 et 8 ans, mais il peut atteindre l’âge de 15 ans.

Le Chevreuil subit deux mues par an : Au printemps le pelage est roux et en automne il est  gris-brun. La tache claire et érectile qui orne le fessier est dite miroir ou rose ; d’un blanc pur en hiver, elle devient jaunâtre en été.

Le mâle est appelé Brocard, lui seul porte des bois qui tombent à l’automne. La femelle (Chevrette) ne porte jamais de bois. Le jeune est le Faon jusqu’à 6 mois, puis le Chevrillard, de 6 à 12 mois, son pelage est tacheté de blanc pendant les 6 premières semaines de sa vie.

ch-03
Brocard
ch-04
Chevrette
SONY DSC
Chevrillard

La pousse des bois a lieue en hiver et dure généralement 2 à 3 mois (surtout de la mi-janvier à la mi-février). Les bois sont alors recouverts d’une peau appelée velours que les chevreuils perdent de mars à juin.

ch-10

ch09
« Bois velours »
ch-11
Repousse fraîchement terminée : On aperçoit encore le velours qui pend

La chute des bois a lieue en octobre – novembre. Les bois atteignent 25 cm de long.

ch-08
Chute partielle sur un Brocard

Le Chevreuil se nourrit surtout de pousses et feuilles d’arbres, ronces, framboisier, lierre, noisetier, secondairement de plantes herbacées. Il consomme aussi des champignons, glands, faines et plantes cultivées dans une proportion voisine de 3 à 4 kg par jour.

Il choisit ses aliments avec soin et en prend les parties les plus nutritives.

Le cycle d’alimentation et de rumination est d’une heure en été et de deux heures en hiver, car, à cette saison, la proportion de ronces est plus forte et la morphologie de son tube digestif change.

ch-12

 Le  Chevreuil   obtient   la  maturité    sexuelle entre  14 mois et 2 ans. Le rut à lieu en juillet-août. Il peut y avoir un rut secondaire en octobre-décembre (un petit nombre de femelles fécondées durant cette période et dans ce cas, la gestation est directe).

L’unité sociale des chevreuils est formée par une chevrette et des jeunes de l’année (un brocard peut éventuellement s’associer à cette petite famille en automne). En hiver, plusieurs de ces groupes familiaux peuvent s’associer.

ch-13

ch-14

 Le cri d’alarme des deux sexes ressemble à s’y méprendre à un aboiement particulièrement fort et souvent répété par le brocard. En période de rut, la femelle lance un sifflement, le mâle un cri grinçant.

ch-15

Le mâle frotte ses glandes frontales et jugales sur des branches, des buissons, et la sécrétion des glandes interdigitales marquent chaque pas. Les odeurs renseignent sur le sexe, l’âge de l’individu et sa position hiérarchique.

Il n’y a qu’une portée annuelle qui comporte des  jumeaux dans 75 % des cas, 1 seul faon dans 20 % des cas et 3 faons dans 5 % des cas, le nombre de petits par portée dépendant beaucoup du milieu.

Les prédateurs du chevreuil sont les loups, le lynx, le renard roux, les chiens errants, les gloutons – et les sangliers peuvent s’attaquer aux faons.

L’homme le chasse pour son trophée, sa chair et régule ses populations si les prédateurs sauvages sont absents.

Les groupes denses de chevreuils sont aussi régulés par diverses maladies, favorisées par la promiscuité et éventuellement par des pullulations de tiques.

Assez facile à photographier en affût, il n’en est pas de même lors d’une billebaude. Il peut alors se montrer agressif lors de votre  intrusion dans son« domaine » et soit vous faire face, soit faire le tour en courant de son territoire en « aboyant » très fort ! Il peut aussi, tout simplement, prendre la fuite.

Michel FERNANDEZ

NB : Toutes les photos présentées ici ont été réalisées en milieu naturel, en prenant soin de ne pas déranger la quiétude des animaux.

Plus de photos sur mon site : mes photos nature