Comment juger si une photo est bonne ?


Cette fois-ci, j’ai décidé de m’attaquer à un sujet très ardu mais aussi très intéressant : Comment juger si une photo est bonne ? Le sujet n’est pas simple car la réponse à cette question fait appel à des critères objectifs et subjectifs.

Avant d’analyser ensemble ces différents critères, j’aimerais aborder le sujet de la finalité d’une image. Pourquoi fait-on une photo ?

Une photo, dans quel but ?

Qu’il soit débutant ou professionnel, le photographe prend toujours une photo dans un but précis. Ce but n’est pas le même pour tout le monde et ceux qui regarderont les images n’auront sans doute pas les mêmes critères d’évaluation. Le professionnel s’attachera à répondre aux besoins de son client (particulier, magazine, collectivité, etc.). L’amateur sera guidé par plusieurs choix : le choix du sujet (ce qu’il veut montrer), le choix du public (photo personnelle, photo destinée à un site internet, à une exposition ou un concours…), le choix de la mise en scène (photo prise sur le vif, photo préparée en studio…).

Le but poursuivi par le photographe, lorsqu’il est clairement identifié, est primordial s’il s’agit de juger de la qualité de la photo.

Prenons un exemple : Si la photo ci-dessous a été prise dans le but de recenser les différentes fleurs d’une région. Si cette même photo est destinée à un site internet d’identification des fleurs locales, alors on peut considérer qu’elle est suffisamment descriptive et qu’elle atteint pleinement son objectif. C’est donc une bonne photo.

Si cette même photo est destinée à une expo ou un concours photo alors le jugement sera différent. En effet, la fleur est en fin de vie (partiellement fanée), son environnement immédiat est trop présent, la lumière est dure. Bref, autant de raisons de dire que cette photo n’atteint pas son but et qu’elle doit être écartée de la sélection du photographe.

P1030083
Orobanche du Trèfle

Si la photo ci-dessous est destinée à une exposition sur le thème « Les fleurs », elle ne rempli pas totalement son objectif malgré une certaine maîtrise technique. En effet, si elle est bien isolée du fond et bénéficie d’une belle lumière, la partie inférieure de la fleur est partiellement fanée ce qui pourrait être reproché au photographe par les visiteurs de l’exposition. Le rôle du photographe est de mettre en valeur son sujet qu’il s’agisse d’une personne, d’un paysage, d’une fleur, d’un insecte, etc. Ce n’est pas le cas ici.

Comme vous le voyez, la finalité d’une image compte beaucoup dans la décision de la classer ou non comme une belle photo.

732A5116 - Version 2
Orobranche du Thym

Les critères subjectifs d’une bonne image

Les critères subjectifs sont essentiellement liés à la personne qui regarde votre image. Cette personne jugera votre photo en se basant sur son vécu (son expérience photographique, ses émotions, ses souvenirs, ses voyages, ses goûts, son humeur, etc.). Chaque personne ayant un vécu différent, les avis concernant une même photo peuvent être radicalement opposés. Si une personne n’aime pas une photo que vous adorez, ce n’est pas parce qu’elle manque de goût ou de discernement, mais tout simplement parce que son vécu est différent du vôtre. Dans ce cas, personne n’a raison et personne n’a tort !

Participer à un concours photo est souvent très frustrant. Chaque participant a tendance à trouver sa photo excellente, et parfois même, à la trouver meilleure que celles figurant dans la sélection finale du jury.  Mais, comme je viens de vous le dire, chacun a un vécu différent, et, à qualité de photo proche ou égale, se sont souvent les critères subjectifs qui font la différence.

Les critères objectifs d’une bonne photo

Si vous ne pouvez rien contre les critères subjectifs, vous avez tout entre vos mains pour la maîtrise des critères objectifs. Ses derniers sont, pour moi, au nombre de cinq :

  1. Le choix du sujet.
  2. La maîtrise de la composition.
  3. La maîtrise de la technique.
  4. La maîtrise du post-traitement.
  5. La maîtrise de la diffusion.

Le choix du sujet : Avant d’être belle, une photo doit être intéressante. Elle doit susciter la curiosité et l’intérêt. Plus votre photo attirera l’attention et plus elle aura des chances d’être jugée comme une belle photo.

Prenons l’exemple de la photo ci-dessous. Cette mouche (Syrphe) a attiré mon attention en raison de ses très belles couleurs. La photo est intéressante car, sans être rare, cette mouche est beaucoup moins commune que la mouche traditionnelle que l’on chasse souvent d’un revers de main tant elle vous agace.

Aurais-je fait une photo aussi intéressante en choisissant de photographier une mouche toute noire ? A l’évidence non ! Le choix du sujet est donc prépondérant car un mauvais sujet ne fera jamais une belle photo.

DSC_1609 - Version 2
Syrphe

Une photo ne doit également traiter que d’un seul sujet. Les débutants ont souvent tendance à vouloir en mettre trop dans leurs photos. Simplifiez au maximum vos images et vous leur donnerez beaucoup plus d’impact. Entre la barque et le pêcheur il faudra donc faire un choix et orienter le regard de ceux qui auront à voir votre photo vers l’un ou vers l’autre grâce à un cadrage très précis. N’oubliez pas que le sujet d’une photo doit s’imposer dès le premier regard.

 

La maîtrise de la composition : La composition d’une photo est aussi importante que le choix du sujet. Une composition réussie doit faire appel à plusieurs critères : respect de la règle des tiers, équilibre des masses, équilibre de la lumière, équilibre des couleurs.

Une fois le sujet idéalement placé sur un point d’or, assurez-vous que votre photo est équilibrée grâce à une distribution idéale du décors (équilibre des masses). Evitez les photos présentant une zone très claire puis une autre très foncée (équilibre de la lumière). Veillez également à un juste équilibre des couleurs.

 

La maîtrise du post-traitement : Une bonne photographie doit avoir été correctement « développée » ou « post-traitée ».  Comparez l’image ci-dessous avec la précédente. L’image manque de contraste et de luminosité. Elle ne rend pas hommage aux vraies couleurs de la mouche.

DSC_1609 - Version 2Lorsque vous post-traitez vos photos, je vous recommande de veiller particulièrement aux réglages suivants : l’exposition (aidez-vous de l’histogramme), le contraste (il permet également de réduire le voile atmosphérique), la balance des blancs (rendu des couleurs et respect du blanc) et l’accentuation (l’impression de netteté).

Il existe de nombreux logiciels de port-traitement. Les plus connus et utilisés sont Photoshop Lightroom et Aperture que Apple a décidé d’abandonner en 2014. Le monde « Open Source », propose lui aussi d’excellents logiciels gratuits tels que Gimp ou RawTheraphee. Pour ceux qui utilisent un Mac, Pixelmator ne coute qu’une quinzaine d’euros sur l’AppStore.

 

La maîtrise technique : Tous les appareils photos et tous les objectifs ne sont pas égaux. Un compact à 100 euros ne rivalisera jamais avec un reflex à 3000 euros et c’est bien normal. Le premier est destiné aux photos souvenirs, le second à la photographie commerciale et artistique.

L’évaluation d’une image sur une base technique peut se faire sur les critères suivants : maîtrise de la profondeur de champ, qualité de la mise au point et de l’exposition, qualité du bokeh (flou d’arrière plan), restitution des détails (pour cela un bon objectif est nécessaire).

En macrophotographie le photographe visera à mettre son sujet en valeur grâce à une faible profondeur de champ tout en recherchant un joli bokeh. En photo de paysage, la profondeur de champ sera maximale afin d’offrir à votre paysage un maximum de détails, mais ce n’est pas non plus une règle absolue. La mise au point est très importante et doit être particulièrement soignée. Ne jamais déclencher tant que votre appareil n’a pas fait la mise au point. Si vous utilisez des objectifs lourds, à moins de bénéficier d’une solide expérience, le trépied sera votre allié. Du bon choix de l’ouverture dépend la qualité du bokeh. Pour les photos rapprochées ou macro « ouvrez grand l’obturateur » et assurez-vous qu’aucun élément du décor ne vienne altérer la qualité du bokeh (flou d’arrière plan). Regardez la qualité du flou d’arrière plan de la photo ci-dessous. C’est vers ce résultat que vous devez tendre.

732A6619 - Version 2

 

La maîtrise de la diffusion de votre image : Si votre photo est destinée à être imprimée, n’espérez pas obtenir de bons résultats avec une imprimante à 80 euros… Les laboratoires professionnels utilisent des imprimantes très performantes dont les prix dépassent allègrement les 10 000 euros. Ces imprimantes sont dotées de nombreuses cartouches d’encre qui assurent un rendu des couleurs optimal.

La qualité du papier est aussi à prendre en compte car elle influence largement le résultat final. Certains papiers sont destinés aux tirages couleurs alors que d’autres sont spécifiques au noir et blanc.

La qualité d’une bonne impression s’apprécie selon différents critères qui sont :

  • le rendu des dégradés ;
  • la qualité des aplats de couleur ;
  • la richesse des détails ;
  • la profondeur des noirs ;
  • La netteté perçue ;
  • Le respect des couleurs.

Comme vous pouvez vous en rendre compte, juger si une photo est bonne n’est pas une mince affaire… Mais les quelques conseils résumés ci-dessus devraient vous permettre d’avoir un oeil plus critique sur vos propres photos et d’améliorer vos critères de sélection.

Un petit jeu pour finir !

A la lumière de cet article et des conseils que j’ai déjà donnés lors de cours précédents, livrez-vous à une sélection des 5 meilleures photos parmi celles qui participent au concours du mois de mai. En quelque sorte, amusez-vous à faire votre propre classement.

Tenez compte, par exemple, des critères objectifs suivants :

  • Le choix du sujet est-il intéressant et original ?
  • Le sujet est-il bien cadré (placé sur un point d’or) ?
  • Le sujet est-il bien cadré (il est suffisamment aéré pour ne pas donner  l’impression d’être prisonnier de la photo) ?
  • Le sujet se détache t’il bien de l’arrière plan ?
  • L’angle de prise de vue est-il correct, sachant qu’une fleur doit généralement être prise en plaçant l’objectif à hauteur de la fleur pour ne pas donner l’impression de l’écraser ?
  • Le sujet, dans sa totalité, est-il coupé par l’un des bords de la photo, ce qui bien sûr est à éviter ?

Vous allez constater que bon nombre de photos ne survivent pas aux simples critères objectifs. Loin de moi l’idée d’être critique envers les participants au concours du mois de Mai. Mais certaines photos m’ont inspiré cet article : il faut donner aux lecteurs de ce blog les clés leur permettant d’avoir un meilleur jugement de la qualité de leurs photos et de celles des autres.

Si pour vous une ou deux photos du concours de Mai se détachent des autres, alors vous aurez laissé parler votre coeur, votre vécu, et aurez fait appel aux fameux critères subjectifs, tant redoutés des participants à un concours !

Bien amicalement.

Jean-Michel.

Publicités

Un commentaire sur « Comment juger si une photo est bonne ? »

  1. Cet article est très intéressant, en effet depuis que nous allons au Club, il n’y a pas meilleur « enseignement » que lorsque nous faisons de la -CRITIQUE PHOTO.C’est vrai que nous devons entendre les critiques d’autre photographes et ce n’est pas toujours facile de les accepter, mais en tant qu’amateur il est de bonne augure de progresser et les erreurs se reproduisent moins dans ce cas c’est beaucoup plus marquant pour ma part (cadrage, points d’or, horizon…) merci de nous rappeler tout cela

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s