Canon 7D Mark II – Test terrain


La sortie d’un nouveau boîtier par votre marque de prédilection est toujours un événement, surtout si le boîtier en question est dédié à votre activité favorite… Avec le 7D Mark II, et son capteur demi-format, Canon s’adresse directement aux inconditionnels de la photo animalière ou de sport. Pourquoi ? Le capteur demi-format équipant le 7D Mk II permet de multiplier la focale des objectifs par 1,6. Ainsi, le tout nouveau zoom 100-400 mark II devient un 160-640 ouvrant à f.5,6 ou un 224-896 ouvrant à f.8 en utilisant un « téléconvertisseur » 1.4. Avec des telles focales les portes de la photographie animalière s’ouvrent en grand !

Il n’en fallait pas plus pour que je revende mon 5D Mark III et le Tamron 150-600mm dont les qualités évoquées dans la presse spécialisée me paraissent un peu surfaites. Me voilà donc en possession du Canon 7D Mark II ainsi que de la nouvelle version du Canon 100-400mm f/4.5-5.6 L IS II USM.

Le boîtier en bref

Question ergonomie, on passe du 5D Mark III au 7D Mark II sans problème, puisque l’essentiel des commandes est identique. Le capteur produit des photos de 20 millions de pixels. Le traitement de l’image est assuré par un double processeur Digic 6 (comme sur le 1Dx, s’il vous plaît !). La photo animalière a besoin de rafales rapides, le 7D Mark II permet des prises de vues jusqu’à 10 images secondes. Merci Monsieur Canon ! La photo animalière a besoin de discrétion, le 7D est équipé du mode ultra silencieux de l’EOS 6D. Encore merci Monsieur Canon. Mais les rafales, c’est bien connu, remplissent très rapidement les cartes mémoires. Le 7D répond encore présent grâce à un double logement pour cartes mémoires de dernière génération. Qu’est-ce qu’on dit ? Encore merci Monsieur Canon !

Pour que le boîtier soit vraiment parfait, en photo animalière, il manque encore plusieurs choses dont la tropicalisation. Le boîtier, en alliage de magnésium, bénéficie d’une protection « tout temps », contre la pluie, la poussière et la neige. Comme la photographie de sport, la photo animalière demande un autofocus de pointe. Largement inspiré de celui du 1Dx et du 5D Mark III l’autofocus du boîtier est aujourd’hui ce qui se fait de mieux chez Canon. Nous allons le vérifier plus loin. Ajoutez à cela une gestion des couleurs parfaite, une exposition très fiable, une bonne gestion de la montée en ISO et vous obtenez le boîtier que tous les photographes animaliers attendaient.

Sur le papier c’est bien, mais qu’en est-il dans la réalité ? Suivez le guide et allons faire un petit tour sur le terrain.

Le test terrain

Voici quelques photos réalisées ces deux derniers jours dans les zones humides situées au sud de Narbonne (Bages et Mandirac pour être précis).

AS8A7324
Vanneau huppé à contrejour

La mesure de la lumière en mode « pondéré central » ne s’est pas fait piéger par le violent contrejour.

AS8A7350
Vanneau huppé – Objectif 100-400mm à 400mm + téléconvertisseur 1,4x à f.8.

 

Avec le téléconvertisseur 1,4x l’ouverture maximale passe à f.8. Malgré cela la mise au point se fait rapidement et les détails du plumage sont conservés.

AS8A7405
Guêpier d’Europe – 400mm – f.5.6 – 1/1250s – Iso 1600.

Les couleurs de l’oiseau sont parfaitement restituées malgré un temps légèrement gris. La balance des blancs sur « nuageux » a parfaitement joué son rôle en réchauffant les couleurs, sans excès.

AS8A7505
460mm – 1/200s – f.8. – Iso 1250.

Un hirondelle qui ne manque pas de « piquant ». Un grand merci à mon ami Jacques « couché par terre » pour écarter les roseaux afin de me permettre de prendre cette photo.

AS8A7514
560 mm – f.8 – 1/500ème s – Iso 1250.

Nouvelle photo avec le « téléconvertisseur » 1,4x.

AS8A7768
Flambé – 140mm – f.6.3 – 1/2000s – ISO 400.

La distance de mise au point minimale du 7D Mark II est inférieure à 1 mètre. Ici, elle est encore réduire par l’utilisation du téléconvertisseur 1,4x. Le couple 7D Mark II et 100-400 Mark II est vraiment redoutable en photo nature.

AS8A7799
Echasse blanche – 560 mm – 400 iso – f/8 – 1/1000s.
echasse
Photo de l’échasse en vol avec affichage des collimateurs actifs lors de la prise de vue.

Le contraste entre l’oiseau et le fond n’est pas exceptionnel, par contre l’autofocus n’a eut aucun mal à accrocher l’échasse.

AS8A7617
Canon EF100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM +1.4x III – 560 mm – 400 ISO – f/8 – 1/1250s.
AS8A7653
Canon EF100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM +1.4x III – 560 mm – 400 ISO – f/8 – 1/1600s.
AS8A7695
Canon EF100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM +1.4x III – 560 mm – 400 ISO – f/8 – 1/1250s.
AS8A7727
Bergeronnette printanière – Canon EF100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM +1.4x III – 560 mm – ISO 400 – f/8 – 1/800s.
AS8A7842
Mouette rieuse – Canon EF100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM +1.4x III – ISO 400 – 560 mm – f/8 – 1/3200s.
AS8A7849
Mouette rieuse – Canon EF100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM +1.4x III – ISO 400 – 560 mm – correction exposition -1 EV – f/8 – 1/3200s.

La mesure de l’exposition a été effectuée en « spot » sur la partie blanche des ailes de l’oiseau. La mesure « spot » permet d’obtenir des reflets métalliques dans l’eau, du plus bel effet (selon moi bien entendu).

AS8A7901
Ici la correction de l’expo a été volontairement placée à – 2 EV.

 

AS8A7959
Ibis Falcinelle
AS8A7982
En noir et blanc… – Héron gardeboeuf – Canon EF100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM +1.4x III – ISO 400 – 300mm – -1,33EV – f/8 – 1/1600s.
AS8A8071
Le héron pourpré et la libellule (dans le bec)…

AS8A8089

Le même après avoir « dézoomé » afin de le remettre dans son milieu…

AS8A8095

Qui est à l’affut ? Lui…  moi… nous deux ?

Conclusions

J’ai encore bien des choses à découvrir de ce boîtier tant il offre de possibilités. Pour faire court, c’est l’autofocus qui m’a le plus impressionné. Il accroche rapidement le sujet et ne le lâche plus. Il reste encore très efficace avec le téléconvertisseur, même s’il se montre un peu moins rapide, ce qui est normal.

La mesure de la lumière et la balance des blancs sont au top. J’ai lu ici et là que le boîtier manquait un peu de dynamique, je ne l’ai pas constaté ! Le 7D est très solide et très véloce. Il inspire confiance et se montrera le compagnon idéal des photographes animaliers ou de sport même si la météo se montre capricieuse.

Vous l’avez compris ce boîtier m’a conquis tant il est exceptionnel. Monsieur Canon vos ingénieurs ont bien travaillé ils ont créé le boîtier parfait celui que les photographes animaliers attendaient depuis si longtemps…. mais cela valait le coup d’attendre !

 

Publicités

4 commentaires sur « Canon 7D Mark II – Test terrain »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s