La « street photography »… l’école de la rue


De la patience, de la pratique et un sens aigu de l’observation sont indispensables pour saisir la vie, les lumières et la « respiration » de la rue. Une école de la photographie à ciel ouvert, une école qui fait peur au débutant et intimide l’expert mais une école qui récompense la patience, la ténacité et l’audace.

La photographie de rue est très accessible car les sujets sont là, sous nos yeux. Il se passe toujours quelque chose dans la rue qui mérite l’attention du photographe. Le plus important est d’être au bon endroit au bon moment, mais aussi d’être attentif et prêt à déclencher rapidement afin de saisir cet instant que les autres n’auront pas vu. La photographie de rue n’est pas plus difficile que les autres genres photographiques. Elle demande simplement de la patience, de la pratique et une bonne dose de réactivité. Ces qualités ne s’acquièrent pas du jour au lendemain mais le travail est toujours récompensé.

Cet article n’a pas pour objet de faire de vous des professionnels de la photo de rue, il faudrait pour cela que je le sois moi-même… Mais il devrait permettre à ceux qui souhaitent traiter le sujet de démarrer dans de bonnes conditions. Pour cela nous allons aborder la question du cadrage, des angles de vue mais aussi l’importance de passer inaperçu. Je vous fournirai également une petite astuce qui vous permettra, à coup sûr, de vous trouver au bon endroit au bon moment.

Le problème du droit à l’image

Ces derniers temps la législation sur le droit à l’image a évoluée, la jurisprudence accordant plus de liberté au photographe. De plus en plus de magistrats admettent, en faveur du photographe, un droit à l’expression artistique dès lors que ses images respectent la dignité de la personne photographiée.
Pensez-vous que la photo ci-dessous porte gravement atteinte à la dignité de la personne photographiée ? Il est évident que non. Le bon sens permet de comprendre que ce qui m’a attiré dans ce cliché ce n’est pas le visage de cette jeune femme, mais la dynamique de son attitude, également restituée par le reflet dans la vitrine. Avouez que lire dans la rue en prenant un café ce n’est pas commun, mais lorsqu’une vitre se fait l’amie du photographe alors le cliché prend une autre dimension.
DSCF2923

Une autre façon de respecter le droit à l’image est de transformer les personnes reconnaissables en décor. En voici l’illustration.
DSCF2948 Bien que l’on puisse reconnaître au moins deux des personnes qui déjeunent dans ce restaurant de Barcelone, elles ne constituent pas le sujet photographié mais appartiennent au décor. Le sujet de ma photo est constitué par cette femme, penchée sur son sac à main, qui entre dans la tache de lumière jaune. Les personnes représentées ici peuvent-elles revendiquer une atteinte à leur dignité ? Il est évident que non. Je me permets, au passage, de vous faire remarquer le soin apporté au cadrage des deux photos qui illustrent ce paragraphe. Prendre des clichés rapidement ne veut pas dire qu’il faille oublier les règles élémentaires de la photographie.

Etre au bon endroit au bon moment

Il est évident que pour photographier un événement il faut se trouver à proximité. Mais je vous ai promis une astuce, alors la voici. Lorsque le décor se prête à un beau cliché (belle perspective, belle lumière, etc.) il suffit parfois d’attendre l’arrivée d’un personnage pour réaliser une belle photo. Voici plusieurs exemples de cette technique.

DSCF2880Ici, j’ai tout simplement attendu l’arrivée d’une personne pour déclencher. Par chance j’en ai obtenu deux pour le même prix… Je savais à l’avance que le contrejour allait créer un effet intéressant et que la faible vitesse d’obturation allait provoquer un léger flou de mouvement permettant d’obtenir un cliché plus dynamique.

DSCF2875Ici j’ai attendu de longues minutes avant qu’une personne vienne s’inscrire dans le décor. Ces minutes ont été mises à profit pour rechercher le meilleur cadrage possible. La lumière a fait le reste.

Savoir lire et utiliser les situations cocasses

DSCF2864

Ici, le cadrage m’a permis d’obtenir une situation cocasse en alignant la gueule de la gargouille avec la position des deux jeunes filles.

DSCF2540

Ici, les rayures rouges du vêtement du passant rappellent le graphisme du bâtiment qui se trouve derrière lui. Cette photo, qui fait partie de mes préférées, a été prise alors que je me reposais, assis sur un banc public. Comme quoi il faut toujours être attentif aux événements de la rue.

Déclencher au bon moment

En « street photography » le moment du déclenchement est primordial. Voici, là encore quelques exemples expliqués.

DSCF2885

En choisissant ce cadrage j’ai voulu que ces fenêtres ressemblent à des photos posées dans un album à la page écornée. Cette photographie ne fonctionne que parce que chaque fenêtre est « habitée ». Ce moment a été très furtif et a demandé de déclencher très rapidement.

DSCF2871

Ici la dynamique de l’image vient de l’arrivée de ce nouveau pigeon, les ailes déployées et légèrement floues. Une vitesse adaptée a permis d’obtenir ce flou de mouvement.

Utiliser la couleur ou le noir et blanc

En règle générale, la photo de rue s’accommode fort bien du noir et blanc, mais ce n’est pas systématique.  Regardez la photo suivante et comparez là avec la version couleur ci-dessus. Vous constaterez que la photo couleur fonctionne mieux. Mais tout cela reste une histoire de gout.

DSCF2948 - Version 2

Trouver le bon angle de prise de vue

DSCF2988

Cet artiste de rue qui se maquillait sur les ramblas de Barcelone a été photographié de nombreuses fois. Par contre, aucun des photographes présents n’a pensé à choisir cet angle de prise de vue qui permet d’obtenir un cliché original et de s’affranchir totalement du droit à l’image. Pensez-y !

Regardez partout car l’action se trouve parfois au ras du sol (petits animaux de compagnie). Lorsque vous photographiez un animal, n’oubliez pas de vous mettre à sa hauteur, un peu de gym est parfois nécessaire.

Le bon matériel pour la photo de rue

Si je devais décrire le meilleur matériel pour la photo de rue, je dirais qu’il doit être discret, rapide et fiable. La discrétion est très importante car si vous vous faites repérer le comportement de votre sujet changera inévitablement. Votre boitier doit être rapide, c’est pourquoi les compacts d’entrée de gamme sont disqualifiés en raison d’un temps de latence bien trop important. La rapidité d’exécution demande souvent une vitesse suffisante, aussi un objectif très lumineux permettra de faire de la photo de rue dans toutes les conditions de lumière. Pour ce qui concerne la focale certains photographes ne jurent que par le grand angle qui autorise une grande profondeur de champ tout en permettant des cadrages à hauteur de la ceinture.  En ce qui me concerne je pense que les focales comprises entre 28mm et 200mm sont utilisables.

Réglages dans l’urgence

La photo de rue est une alternance de moments calmes et d’instants furtifs demandant une réaction très brève. Mais prendre une photo dans la précipitation ne signifie pas qu’il faille la bâcler, bien au contraire.

En ce qui me concerne je travaille toujours en priorité à l’ouverture. Ce choix me permet de régler le diaphragme en fonction de la profondeur de champ souhaitée. En règle générale, je privilégie les ouvertures de f.8 et f.11 qui offrent une grande profondeur de champ.

Lorsque la situation le permet, j’invite souvent le flou de mouvement dans mes photos afin d’augmenter la dynamique de l’image (voir ci-dessus les deux personnages avec les colonnes ou encore la jeune fille aux pigeons).  J’utilise également le flou de proximité (voir la photo de la gargouille ou de l’artiste de rue).

Pour les photos où je décide d’attendre l’arrivée d’un ou plusieurs personnages, je fais une pré mise au point à l’endroit où je souhaite inclure mon sujet. Ainsi, l’appareil obtiendra une mise au point très rapide lorsque le sujet se présentera.

Quelques conseils en vrac concernant les réglages : les gadgets qui entravent la prise de vue doivent impérativement être désactivés, je pense particulièrement à la priorité à la mise au point qui peut vous faire louper quelques belles occasions, mais aussi à la détection de visages ou de sourires qui vont perturber l’autofocus. Si votre boitier est équipé d’un mode silencieux, utilisez-le il vous permettra de passer plus facilement inaperçu.

Comment se rendre invisible

Comme je l’ai indiqué en préambule, pour réussir dans la photo de rue il faut savoir passer inaperçu. Ces quelques conseils devraient vous permettre de passer plus facilement inaperçu.

Sachez qu’un compact, un bridge ou un hybride sera moins voyant qu’un énorme reflex. Ces appareils vous feront passer pour un touriste et non pour un photographe, ainsi les gens seront moins méfiants à votre égard. Si vous utiliser un reflex, mettez un peu de gaffer sur la marque et remplacez la courroie Canon ou Nikon par une simple courroie sans marque. Moins vous ferez pro et moins vous attirerez l’attention.

L’habillement est également important : les vêtements très colorés ou fluo attirent l’attention tandis que les vêtements sombres vous permettront plus facilement de vous fondre dans la masse.

Placez-vous toujours dans l’ombre, comme le chasseur qui attend sa proie, vous serez moins visible qu’au soleil. Utilisez au maximum l’environnement en vous plaçant sous un porche, dans une entrée de magasin, derrière un arrêt de bus. Ne vous déplacez pas, il vaut mieux attendre que l’événement se produire que d’aller le chercher. Quelqu’un qui se déplace est plus visible que quelqu’un qui ne bouge pas.

 

J’espère que cet article vous donnera envie de vous mettre à la photo de rue. Ce n’est pas le genre le plus facile à maitriser, il est plus simple de se poser devant une fleur avec un objectif macro, mais les belles photos de rue procurent un plaisir incomparable.

A très bientôt.

Jean-Michel

 

Publicités

3 commentaires sur « La « street photography »… l’école de la rue »

  1. Très bel article, maintenant que l’appétit est ouvert, il n’y a plus qu’à… !
    Une ch’tite question cependant, dans la liste des gadget à désactiver, la notion de « priorité à la mise au point » m’échappe ??…

    J'aime

  2. Merci pour cet article, il est toujours bon de rappeler les choses et de nous en apprendre de nouvelles !!! Si tu penses refaire une sortie « Street photo », je dis : présente.
    Peut être pourrait-il s’agir d’un prochain thème de concours ?
    Super article, bonnes explications

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s