La lumière : brume et brouillard


Pour le photographe de nature, la brume est une source d’inspiration inépuisable. Épaisse, elle offre un paysage très minimaliste, comme si elle voulait n’en préserver que l’essentiel. Plus légère, elle se fait subtile et mystérieuse.

Un phénomène météorologique particulier

Lorsque le soleil se montre et joue avec le voile cotonneux de la brume, les arbres prennent des formes fantomatiques. Ce phénomène météorologique peut se produire à toute saison. Il faut simplement que l’air, la température et l’hydrométrie s’accordent pour produire des myriades de gouttelettes d’eau en suspension. C’est surtout tôt le matin, quand la température de la nuit subit un brusque réchauffement, que la brume ou le brouillard se forment. Leur apparition est favorisée par la proximité d’un plan d’eau ou d’une zone humide (marais, lac, étang, rivière).

_JMN4548dxo

Le matériel photo pour la brume et le brouillard

Tout dépend de la scène qui s’offre à votre regard. Un filtre polarisant permettra de faire ressortir les teintes vertes et bleues. Toutefois, il faut tenir compte que ce filtre vous fera perdre beaucoup de lumière (environ deux diaphragmes). Un filtre gris dégradé assombrira un ciel trop clair. Le mieux est de réaliser, tout d’abord, une première photographie sans accessoire oculaire. Ensuite vous pouvez tester le polarisant, le filtre gris dégradé et même associer plusieurs filtres.

Au chapitre des objectifs un grand angle et un petit zoom, genre 70-200mm, feront parfaitement l’affaire. Dans la brume plus un sujet est loin et plus il apparaîtra diffus, plus il sera proche et plus il apparaîtra net et coloré. Pour vous en convaincre, regardez la photo ci-dessous, prise à contre-jour.

_JMN4544

La brume agit comme un immense diffuseur. C’est pourquoi je vous recommande d’intégrer le soleil dans vos compositions, comme c’est le cas ci-dessus. Le buisson du premier plan est net et foncé (contre-jour) tandis que l’arrière plan est flou et dilué dans la brume. C’est cette différence d’intensité des teintes qui apporte de la profondeur à l’image. Le soleil, quant à lui, offre une légère teinte dorée du plus bel effet.

DSCF1314
Photographie envoyée par Alain Huet que je remercie.

Comment prendre vos photos

  1. Fixez votre zoom sur votre boîtier. En compressant les différents plans de l’image, le téléobjectif accentue aussi l’effet de la brume ou du brouillard. Fixez le tout sur un trépied bien stable.
  2. Composez votre photo. Excluez du cadre tout ce qui n’apporte rien à l’image.
  3. Désactivez l’autofocus afin de réaliser la mise au point manuellement (dans la brume, l’autofocus à une fâcheuse tendance à « pomper »).
  4. Après avoir réalisé la mise au point, déclenchez en utilisant une télécommande ou le retardateur.
  5. Essayez des cadrages différents et renouvelez vos prises de vues avec des filtres (polarisant et/ou dégradé gris).

Attention à la condensation !

Rappelez-vous, j’ai parlé de myriades de gouttelettes d’eau en suspension dans l’air. Si vous vous trouvez dans la brume ou le brouillard, ces gouttelettes s’inviteront inéluctablement à la surface de votre objectif. De la condensation pourra même se former à l’intérieur de votre boîtier. Si celui-ci est à la même température que l’air ambiant et que le brouillard n’est pas trop dense, il n’y aura pas de problème. Par contre, il faut s’attendre à une condensation importante si l’appareil subit un choc thermique (différence de température entre l’intérieur de votre sac photo et l’extérieur).

Il existe un moyen simple de gérer cette transition thermique. Avant de vous rendre dans un endroit humide et froid, placez appareil et objectif dans un sac étanche (poche de congélation avec fermeture zip). Avant la séance photo, sortez le sac étanche de votre sac photo,  afin que l’air qu’il contient se mette à la même température que l’air ambiant. Pour cela, il conviendra d’attendre de 20 à 30 minutes. Après ce temps, votre matériel pourra être utilisé sans risque.

Les photos des lecteurs sur le sujet

Suite à la publication de cet article, j’ai reçu plusieurs belles images des lecteurs. La photo du pêcheur est d’Alain Huet a été directement intégrée dans l’article puisque reçu avant sa mise en ligne. Je m’empresse de partager les autres dont la qualité mérite bien une tribune.

Cliquez sur la mosaïque ci-dessous pour lancer le diaporama.

Ce petit post sur la brume et le brouillard se termine. La prochaine fois, je poursuivrai cette série d’articles consacrée à la lumière en abordant l’aube et le crépuscule. N’hésitez pas à m’envoyer vos plus belles photos sur le sujet (jnollevaux@gmail.com). Elles figureront en bonne place dans ce nouvel article.

A très bientôt !

Jean-Michel

 

Publicités

4 commentaires sur « La lumière : brume et brouillard »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s