Test du flash Fujifilm EF-X500


Au fil des années, la marque japonaise s’est fait une belle place auprès des amateurs et des professionnels, grâce à de très bons boîtiers et à une gamme d’optiques étendue est très qualitative. Malgré cela, un flash de qualité manquait cruellement aux utilisateurs. Le problème est aujourd’hui résolu par l’arrivée, il y a quelques semaines, du flash cobra EF-X500.

Ce flash est-il capable de combler les exigences des photographes de reportage ? C’est ce que ce test vous propose de découvrir.

Les caractéristiques d’un flash cobra

Le Fujifilm EF-X500 dispose de l’ensemble des caractéristiques dévolues aux flashs cobra : La tête est orientable à 135 ° à gauche et 180 ° à droite, puis bénéficie d’une inclinaison de -10 ° vers le bas et de 90 ° vers le haut.

Puissant, il affiche un nombre guide de 50 (à 100 ISO au 105 mm). Sa tête zoom couvre une plage de focale allant de 24 à 105mm. Un diffuseur grand-angle permet d’étendre la plage focale jusqu’au champ d’un 20mm.

Un éclairage secondaire Led à intensité réglable offre un appoint de lumière en vidéo. Il sert également d’assistance pour l’autofocus.

Taille et qualité de fabrication

L’EF-X500 est parfaitement adapté à la taille des boîtiers APS-C de la marque et plus spécialement pour les X-T2 et X-PRO2. Sa taille semblera un peu trop importante sur les modèles plus petits (série X-100 par exemple).

La qualité de construction du flash est irréprochable. Doté de joints d’étanchéité, il est paré pour affronter des reportages par mauvais temps. Sa taille est inférieure à celle des flashs cobra pour DSLR comme le Canon 600 EX-RT ou encore le Nikon SB-910.

Puissance et vitesse de recyclage

Avec un nombre guide de 50 à 100 ISO au 105mm, l’EF-X500 fournit suffisamment de puissance pour mener à bien les missions qui lui seront confiées. Les tests ont montrés qu’il était un peu moins puissant qu’un Godox V860II (un demi diaphragme seulement).

Après une utilisation à pleine puissance, le flash demande 4,5 seconde avant de se rendre à nouveau disponible. En utilisation continue, le temps de recyclage passe de 5 à 6 secondes. La vitesse de recyclage n’est donc pas exceptionnelle, je la situe à un niveau correct. Par contre, en utilisation continue, il faut 3 minutes pour que le flash ne déclenche sa protection thermique. Ce résultat est excellent et de nombreux autres flashs devraient s’en inspirer.

Fonctionnalités

L’EF-X500 est pourvu de tout ce que l’on est en droit d’attendre d’un flash cobra moderne: mesure d’exposition TTL, fonction de synchronisation à haute vitesse (HSS), mode stroboscopique (multi). Il peut, en outre, être utilisé seul ou dans une configuration multi flashs sans fil limitée à trois groupes.

La mesure de l’exposition TTL est très précise, quelle que soit la distance d’utilisation. Par contre le mode HSS est un peu décevant (perte d’environ 3 arrêts de lumière dans ce mode). L’utilisation du mode HSS sera donc limitée en extérieur. Elle le sera encore plus en cas d’utilisation du flash avec un modificateur de lumière.

Pour ce qui concerne le contrôle sans fil du flash, Fujifilm a fait un choix totalement incompréhensible. Alors que toutes les grandes marques de flash utilisent une technologie radio extrêmement fiable, Fuji a choisi le contrôle par infrarouge dont on connait les limites (problèmes liés à la distance, aux conditions de lumières, à l’utilisation de modificateurs de lumière, à l’environnement..). Sans contrôleur radio, Fuji oblige l’utilisateur à placer un flash maître sur l’appareil pour piloter les autres. A plus de 500 euros le flash, la pilule a beaucoup de mal à passer…

J’ai moi-même acheté un EF-X500 qui comblerait totalement mes besoins s’il proposait une utilisation sans fil par radio. Aujourd’hui, comme beaucoup d’amis photographes, j’attends que Fujifilm revoit sa copie ou qu’une marque tierce offre cette option afin de migrer vers elle. Une lourde erreur que Fujifilm va payer cash !

Compatibilité

Aujourd’hui l’EF-X500 est 100% compatible avec le X-T2 et le X-PRO2. Il en est de même du X-T1 après mise à jour du firmware. Pour tous les autres boîtiers de la marque (17 au total) Fuji précise que la compatibilité du flash n’est pas totale mais ne liste pas les fonctions non supportées… OUPS !

Le contrôle du flash

fujifilm_EF-X500.jpg

S’il est un domaine qui a été particulièrement soigné, c’est bien le réglage du flash, tant sur le flash lui-même que dans le menu de l’appareil (je parle ici du Fujifilm X-T2). L’interface est très intuitive, même pour les fonctions évoluées comme le contrôle des flashs à distance. Pouvoir régler son flash ou un ensemble de flashs l’oeil collé au viseur (grâce à l’EVF) constitue une expérience totalement nouvelle, et je dois dire, assez extraordinaire. Là pour le coup chapeau bas !

Un éclairage Led au secours de l’autofocus

Disposer d’un éclairage Led sur un flash cobra peut sembler une solution moderne pour assister l’autofocus en basse lumière ou encore faciliter le tournage vidéo.

Les systèmes autofocus des flashs modernes utilisent des grilles de couleur rouge pour faciliter la mise au point en basse lumière. Le problème est que cette grille rouge n’est pas très compatible avec le fonctionnement des capteurs Fuji, d’où la décision de la marque de placer un éclairage Led en façade de son flash (solution déjà utilisée par Nissin sur ses modèles i40 et i60A).

Il est possible de n’utiliser que la lampe Led comme éclairage. Dans ce cas, le flash ne se déclenche pas et il est possible de régler l’intensité de l’éclairage de 1/1 à 1/128. La lampe Led peut également servir d’assistance à l’autofocus en éclairement temporairement la zone de mise au point. Enfin, le mode « Catchlight » permet de mettre la lampe led sous tension avant le départ de l’éclair du flash afin de créer Catchlight (reflet blanc) dans les yeux du sujet.

En tant que photographe de mariage, je trouve que l’assistance Led peut représenter un handicap lors des photos en basse lumière. Elle vous fait repérer immédiatement. Surpris, le sujet se tourne irrémédiablement vers vous et perd tout son naturel.

Les fonctions originales du flash EF-X500

Sur tous les flashs cobra, le mode TTL fonctionne grâce à un « pré-flash ». Ce dernier est analysé afin de doser correctement l’éclairage du sujet. Avec l’EF-X500, vous pouvez choisir de doser le « pré-flash » à 1/1 – 1/32 ou 1/128, sans nuire aux calculs futurs.

Habituellement, le flash fait une première analyse. Si celle-ci indique une puissance de 1/2 alors il envoie un pré-flash de 1/2 qui permettra d’affiner le dosage final de l’éclairage du sujet. Si la puissance est de 1/1 le pré-flash sera alors de 1/1, ce qui va consommer de l’énergie et augmenter le temps de recyclage. Fuji résout ce problème en permettant d’obtenir un pré-flash à puissance constante. Je vous conseille de régler la puissance du pré-flash à 1/32 (voir manuel du propriétaire page 82).

Enfin, le réglage du fonctionnement de la tête de zoom permet de donner la priorité à la portée ou à la tête du flash (voir manuel du propriétaire page 38). Voici les 3 modes :

  1. Priorité à l’intensité : permet d’augmenter la portée en réduisant légèrement la couverture du flash.
  2. Mode normal : la couverture du flash correspond à l’angle de champ.
  3. Priorité à la couverture : augmente légèrement la couverture pour obtenir un éclairage plus uniforme.

Conclusions

Fujifilm avait besoin d’un flash complet pour leur système. Avec EF-X500 la marque propose un outil robuste et simple d’utilisation. Le fonctionnement en TTL est irréprochable (aucune photo mal exposée sur plusieurs centaines d’images). Mais ce flash n’est pas exempt de défauts.

L’utilisation de la lampe LED pour l’assistance AF pose problème lorsqu’il s’agit d’être discret. Proposer un fonctionnement en HSS était une excellente idée car la vitesse de synchro est souvent atteinte rapidement. Malheureusement la perte de 2,5 à 3 stops voit son utilité considérablement réduite. HSS, un argument marketing ???

Le choix d’une communication « flash sans fil en infrarouge » est une erreur incompréhensible et indigne de Fuji. Il en est de même du prix de vente du flash qui aurait été convenable avec un HSS vraiment fonctionnel et une communication sans fil par radio.

Alors, faut-il acheter ce flash ?

Si habituellement vous n’utilisez qu’un seul flash en mode TTL, EF-X500 est fait pour vous. Vous pourrez lui adjoindre un cordon TTL afin de déporter le flash et un modeleur de lumière genre Gary Fong Lightsphère. Comptez environ 600 euros pour l’ensemble, le petit cochon va faire la gueule !

Si vous aimez travailler en multi flashs, voici ce que j’utilise actuellement :

Avec ce système, il vous faudra travailler en manuel, mais le réglage des flashs sera commandé par le contrôleur placé sur l’appareil, ce qui simplifie considérablement les choses et les réglages. Si vous possédez un boîtier Canon vous bénéficierez en plus du TTL sans fil et du HSS jusqu’au 8000ème de seconde… Elle est pas belle la vie !

Coût pour un système à base de 3 flash Fujifilm : 1560 euros.

 Coût total pour la solution ci-dessus (3 flashs + 4 télécommandes (triggers) + 1 contrôleur) : 483 euros, soit une économie de 1077 euros. Comme disent les japonais YAPAFOTO !

A très bientôt !

Jean-Michel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s