PLAIDOYER POUR UN PHOTOGRAPHE


De leur propre aveu, ils sont rarement chez eux et lorsqu’ils le sont c’est souvent pour post traiter un foisonnement de photos – ciblées évidemment et de leur point de vue essentielles à leur photothèque.

Je me suis toujours demandée comment on pouvait en arriver là ?

Le numérique n’y est certes pas étranger, l’informatique aussi, la téléphonie non plus… mais tous ne deviennent pas des « geeks monomaniaques ». C’est de ceux-ci dont je voudrais vous parler en cette fin d’année… Oui, j’en ai un à la maison, toi aussi Renée, toi aussi Martine ou Brigitte ou Jean-Pierre, etc.

Ceux-là font feu de tout bois : la pluie qui danse à la lueur d’un phare, le vent qui agite les futaies, des grillages qui ceignent un entrepôt, des locaux désaffectés où courent des murs barbouillés de graffitis, un minuscule insecte ou un énorme cerf en mal de femelle, le coucher du soleil, une poule faisane qui fouille le bas-côté, un geste, une posture, un sourire, que sais-je encore ! Rien ne les réfrène.

Cette passion leur enseigne bien des choses.

La première concerne l’art de ne pas se faire remarquer. Ils savent se rendre presque invisibles, ils ont appris à se déplacer sans bruit.

Cette maîtrise de l’intangible est travaillée quotidiennement. Elle est peaufinée à l’extrême et plus encore à domicile. Ainsi, vous ne les voyez jamais dans la cuisine à préparer le repas ou vaquant d’une pièce à l’autre muni de l’aspirateur. Les avez-vous vu avec le fer repasser ? Savent-ils seulement où se cachent ces indispensables ?

La seconde dépend de l’urgence. Le temps presse toujours pour eux, du lever du soleil à son coucher, tout les ensorcelle : Déjà là tout est dit, mais leur vie peut dépendre de l’envol d’un insecte ou d’un oiseau, d’un baiser, d’une vague, du vent qui joue avec un fil de soie d’araignée, d’une goutte… tout cela est suffisamment délicat et fugace pour éviter qu’ils ne se dispersent.

Mes amis (ies), évitons leur toute pression supplémentaire. Laissons leur le temps de se préparer, de mesurer, de tester… et plusieurs fois si nécessaire. Ils n’ont que peu de temps à consacrer à votre quotidien. Comprenez, c’est là et maintenant que tout se joue ! Leur système de défense prend souvent pour base « ce moment capital » : Grandiose, subjectif et irrationnel, mais grandiose.

Urgence encore lorsqu’il s’agit de visionner leurs photos. N’avez-vous jamais entendu cette voix qui fend la sérénité de votre matinée besogneuse, cette voix qui vous interpelle de façon quasi péremptoire : « viens voir ! ».

Pensez ! Une photo sur un écran, ça n’attend pas…

La troisième touche à l’intime. Les passionnés sont épris de leur matériel, ça va de soi. Ils forment un couple, ne s’éloignent que très peu l’un de l’autre, le premier veillant toujours sur l’autre sans équivoque. Pourtant, la photo ne serait rien sans un troisième compagnon et là aussi c’est intense et magnétique ! L’attractivité est énorme entre l’ordinateur et le photographe. Ils sont comme appairés… aimantés. Oui, des amants improbables, mais bien réels ! L’attirance est prégnante dès le réveil. Vite, il faut aller caresser la touche « on » du computer. Parfois ce dernier est juste en sommeil (on évoque ici le réchauffement climatique ou dans un autre billet ?) une simple caresse suffit à l’animer. Alors tout le possible se trouve à portée de doigts …

Comment lutter contre cette application qui n’attendait que ce moment pour les séduire ? Hep toi ! Petit-déjeuner…

Entre en jeu la quatrième, leur sens de l’observation : celui qui leur permet de saisir l’insaisissable. Oui, ils ont l’œil aguerri, c’est prouvé. Lunettes ou pas, c’est 12/12 à chaque mirette. Rien ne leur échappe… Je vous reparle de l’insecte ou de la pluie qui danse ? Non, vous avez compris.

Cette surveillance constante de l’environnement, cette tendance innée à observer et cette faculté à réagir vite s’appliquent dans leur quotidien. Inévitablement, ils sauront percevoir le malaise, le rictus d’agacement du compagnon, la limite qu’il ne faudra pas franchir sous peine de bannissement.

C’est donc tout naturellement qu’ils vous proposeront d’aller flâner ici ou là, car voyez-vous c’est une journée idéale… pour prendre quelques photos.

Comment leur en vouloir, ils sont inénarrables dans ce numéro de séduction. Et pour peu qu’ils vous emmènent dans des lieux bucoliques, tout ressentiment s’évapore avec le vent qui apporte des odeurs de terre, de mousse ou de parfum de fleurs.

C’est là leur cinquième qualité, celle que je préfère, la sincérité. Ils sont épatants[1], délicieusement attachants, même habités par des priorités si lointaines des nôtres. Elle m’impressionne cette sincérité là, si pleine d’originalité, de rigueur, d’astreinte, de force aussi.

Car s’ils sont passionnés, ils sont tout autant passionnants. Le fait est qu’ils sont fidèles : à leur passion, à leur art, à leurs habitudes, à cette urgence à transmettre du beau, du terrible, de l’inédit, du vrai, le détail, une atmosphère, une impression. Et s’ils sont excessifs, c’est uniquement pour défendre cette vérité là : témoigner et rendre compte du moment. Et finalement, n’est ce pas pour cela qu’on les aime.

Souhaitons leur pour 2018 de nombreuses aventures, des situations inédites, belles, joyeuses ou plus mélancoliques propres à les séduire et à nous ravir. Souhaitons leur d’être souvent absents de chez eux car en reportage. Souhaitons leur des clichés exceptionnels, tout en émotion, en technicolor ou en noir et blanc.

Confucius ne disait-il pas : « Une image vaut mille mots ».

Et plus largement, souhaitons à tous les amoureux de la photographie, aux contemplatifs comme aux actifs, et à vous tous qui nous lisez, de très bonnes fêtes de fin d’année avec de belles images – familiales et simples – mais qui seront étonnantes de vérité, de lumières et d’émotions, car prises avec passion.

[1] Comme aurait dit Jean d’Ormesson


Billet de Dominique Gillet

14 réflexions sur “PLAIDOYER POUR UN PHOTOGRAPHE

  1. Alain HUET

    Voilà un plaidoyer qui illustre bien ce que peu ètre la passion d’un photographe. Mais la réalité n’est pas si simple lorsque le conjoint ou la conjointe ne partage pas cette meme passion. Viens alors le moment des concessions nécessaire à la bonne entente du couple.
    Il est vrai que la reconnaissance vient souvent après, au visionnage des photos réalisées et que celles-ci font l’objet de compliments de la part de son conjoint(e).
    Je profite de cette fin d’année pour adresser mes meilleurs vœux à chacun. Que cette nouvelle année vous apporte joie et bonheur.

    J'aime

  2. Jean-Claude Morin

    « Ainsi, vous ne les voyez jamais dans la cuisine à préparer le repas ou vaquant d’une pièce à l’autre muni de l’aspirateur. Les avez-vous vu avec le fer repasser ? Savent-ils seulement où se cachent ces indispensables ? »
    Dites vous, mais certains esseulés, sont bien obligés de vaquer aussi à ces occupations terre à terre. Cela ne fait qu’augmenter cette urgence si prenante.

    J'aime

    1. Un beau texte mais vous faites une généralité des photographes passionnés. Je fais partie des ces photographes pendant un reportage mais je prépare aussi le repas, j’aspire et repasse pour aider ma femme. La photographie, ce n’est pas 365 jours par an mais uniquement pendant les beaux jours ou voyages 😉

      J'aime

  3. Merci Dominique pour cet article, où ta plume est alerte, fine et parfois piquante… Mais tellement réaliste !… Jean D’o – puisque tu le cites – n’aurait pas renier ce texte. Bien sûr, je me suis reconnu, bien sûr, j’ai veillé à ce que mon boitier « marié » à son « lance roquettes » passe une bonne nuit !
    Tu as rendu palpable, la fièvre et la ferveur de l’avant match, la préparation du matériel, de la sortie, le départ sur site, et tout cela, les yeux déjà ouverts à 180° ! Et puis il y a le retour, et le bonheur de voir et stocker les « superbes » images réalisées… et souvent seulement les rescapées du flou, du mauvais cadrage ou de la mauvaise exposition !
    Juste une précision pour moi, étant seul, les tâches ménagères sont déjà expédiées… Mais le plus souvent différées !
    Un grand bravo Dominique pour cet essai magnifique en attendant le prochain de la même trempe !
    Joyeuses fêtes de Noël à tous… Bien entendu, je ne vous demande pas ce qui se trouvera dans vos souliers au pied du sapin !

    J'aime

    1. André Cottier

      A ma dernière exposition dont le sujet était la glace sous ces multiples aspects, et surtout les cours moments où la prise de vue était « urgente » sous peine de voir un de ces miracles du froid anéanti en quelques secondes par le plus minime réchauffement , j’avais cité cette phrase: « S’émerveiller de tout, s’étonner d’un rien ».
      Ces quelques mots reflètent bien l’état d’esprit qui est le mien lors de mes balades en nature. Il n’est pas d’endroit où je ne découvre l’un de ces « riens » qui m’émerveillent.
      Pour moi, il s’agit de partager cet émerveillement devant tant de diversité qu’il serait dommage d’ignorer.
      Et ce ne sont pas les années qui amoindrissent mon intérêt à cette recherche de la beauté pour la transmettre autour de moi, puisqu’à 85 ans je ne cesse de glaner ce qui ne tombe pas sous l’œil au premier regard.
      Aussi, votre très beau texte me comble car j’y retrouve les sentiments ressentis au cours de mes innombrables découvertes. Cela me conforte à poursuivre cette quête du merveilleux.
      Il me reste à vous remercier pour l’excellente qualité du travail de l’équipe d’Émotions Numériques.
      Bonnes fêtes de fin d’année et tous mes vœux pour l’an 2018.

      J'aime

  4. Anonyme

    Ma foi …….que dire de plus ?
    Tu as une plume exceptionnelle Dominique !!
    Mais ….. attention au piège de l’écriture , car il se pourrait bien , que repassage , aspirateur , cuisine et autres occupations  » terre a terre  » ne soit plus dans tes priorités !!!!
    Ce n’est pas moi qui m’en plaindrai !!!
    J’aime te lire Dominique !!!!
    Excellentes fêtes de Noel a tous !
    Dany

    J'aime

  5. Christine

    Le poids des mots .le choc des photos , (ce n’est pas de moi )
    Mais comme tout cela est bien dit et ressenti …un plaisir infini de lire ces articles si différents et si complémentaires .merci aux membres du blog
    joyeuses fêtes à zot …

    J'aime

  6. Avec toute mon affection et mes remerciements pour vos très gentils compliments.
    J’ai toujours eu beaucoup de sympathie (et plus encore) pour les passionnés. J’en suis une… j’aime lire jusqu’au bout de la nuit.
    À tous, bonnes fêtes de fin d’année.
    Dominique

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s