Photographie

Deux nouveaux boîtiers, dont un qui affole les reflex


Décidément cette année 2018 commence en fanfare. Après le magnifique Panasonic G9, présenté au dernier salon de la photo à Paris, et disponible depuis janvier 2018, c’est au tour de Fujifilm et Sony de nous mettre l’eau à la bouche avec la mise à jour de leurs boîtiers experts : Fuji X-H1 et Sony A7III !

Fujifilm X-H1, né sous X !

fuji-x-h1.jpg

FUJIFILM sait cuisiner pour les photographes, sa dernière recette va encore faire un malheur. Je vous la livre sans plus attendre.

Prenez un sublime X-T2 et placer le dans un shaker. Ajoutez quelques pincées du massif GFX50s (moyen format) et secouez bien afin d’obtenir un mélange très homogène dénommé X-H1. Résultat : un grip frontal très affirmé, un repose pouce bien dimensionné, un petit écran sur l’épaule droite mais un gabarit plutôt corpulent.

Par rapport au X-T2, le X-H1 s’avère 50% plus épais et accuse 673 grammes sur la balance. Cet embonpoint permet de bénéficier d’une meilleure préhension, d’une rigidité encore améliorée et d’un revêtement de surface mettant l’appareil à l’abri des rayures. Mais ces avantages s’obtiennent au détriment de la compacité. L’esprit de la gamme Fujifilm X est un peu dénaturé. Si vous cherchez un boîtier léger et compact, passez votre chemin !

Une stabilisation du capteur sur 5 axes

La principale responsable de l’embonpoint du  X-H1 est la platine permettant de stabiliser le capteur sur 5 axes. Un dispositif qui permet de gagner 5,5 « vitesses » et qui ravira de nombreux « Fujistes ». 5,5 « vitesses c’est très bien, mais c’est en deçà des performances du Panasonic G9 (6,5 vitesses). Gageons qu’à l’avenir FUJIFILM parviendra à réduire la taille de sa platine car les boitiers de la série X ont obtenus leurs lettres de noblesse grâce à leur look rétro mais aussi leur compacité. Sony y est parvenu avec sa série Alpha malgré l’utilisation de capteurs 24×36, alors…

Remplacé par un bouton, le barillet de correction de l’exposition a disparu au profit d’un nouvel écran, placé sur l’épaule droite du boîtier et rappelant celui du GFX. Une très bonne idée qui le sera moins lorsque l’on abordera le problème de l’autonomie… Le X-H1 conserve la même batterie que le X-T2, ce qui à mon avis est une erreur. Un EVF plus vorace et la stabilisation du capteur font chuter l’autonomie à 310 vues… Il faudra donc ajouter le grip VPB-XH1 afin de bénéficier de deux batteries supplémentaires et d’une autonomie redevenue correcte (une journée de prises de vues).  Coût total 2200 euros pour un poids de 1120 grammes, très supérieur à celui d’un 24×36… Je vous le disais un peu plus haut, ce boîtier est lourd et gourmand en énergie. Sur un mariage prévoir au moins 6 batteries…

De la vraie 4K

La qualité des photos délivrées par le X-H1 devrait être sensiblement identique à celle du X-T2 puisque les deux boîtiers partagent le même couple capteur/processeur. C’est au niveau de la vidéo que le X-H1 se démarque du X-T2. Le boîtier propose de la vraie 4K (4096×2160 pixels) 24p à 200 Mbits/s, et ce, pendant 15 minutes (30mn avec le grip). Nouvelle bourde de Fujifilm, après une batterie qui n’autorise de 15 mn de vidéo, le boîtier est dépourvu de prise casque… C’est grave pour un boîtier typé vidéo !  Il faudra acquérir le grip pour disposer de la dite prise. Sur le plan marketing, c’est bien vu, mais sur le plan commercial… c’est juste du « foutage » de gueule ! Ne pas arriver à placer une prise casque sur un boîtier 50% plus épais que son prédécesseur c’est un comble ! Comme vous le lirez un peu plus bas, Sony est parvenu dans un boîtier plus compact à placer une grosse batterie (710 vues) un capteur 24×36 bien plus gros que celui du Fuji et une prise casque.

Qualités et défauts du X-H1

Les bons points

Ce nouveau boîtier offre une belle construction tropicalisée, une solide prise en main, une bonne qualité d’image (Jpeg jusqu’à 6400 ISO Raw jusqu’à 12800).  L’appareil dispose d’un viseur clair et bien défini, d’une stabilisation efficace, d’un autofocus très correct, de rafales jusqu’à 14 images par seconde en AFC (avec le grip) et de bonnes dispositions pour la vidéo.

Ce qui fâche

Pour une utilisation aisée en photo comme en vidéo, il faudra obligatoirement acquérir le grip, ce qui va booster la facture jusqu’à 2200 euros et le poids jusqu’à 1120 grammes. Un boîtier donc lourd et encombrant, disposant d’une autonomie indigente. Sachez enfin que le capteur pose encore et toujours des problèmes de rendu avec Lightroom et Photoshop. La prise casque transférée sur le grip n’est pas digne d’un boîtier dédié à la vidéo.

Bref ce X-H1 ne sera pas un mauvais boîtier, mais il faudra débourser 2200 euros pour le rendre acceptable. À ce niveau de prix, un coup d’oeil vers le Sony Alpha 7 III dont je vais parler maintenant ne sera pas du temps perdu. Je m’attendais à mieux de la part de Fujifilm, une marque que j’aime et que je respecte  !

 


Sony Alpha 7 III, le tueur de reflex

Sony-Alpha-7-III

En 2018, Sony met à jour sa série Alpha 7 en version III. Après le « R III » dédié à la haute résolution et sorti en fin 2017, c’est maintenant l’A7 III qui montre le bout de son nez dans les boutiques dédiées à la photographie.

Sony a placé tout son savoir faire dans ce nouveau boîtier – c’est également le cas pour le A7RIII – afin de se positionner comme le concurrent le plus sérieux des reflex traditionnels.

Avant de passer à la description de ce boîtier, voici comment se décline aujourd’hui la série Alpha 7 de Sony :

  • L’Alpha 7 : le concurrent direct du reflex traditionnel. Un capteur 24×36 stabilisé sur 5 axes. Une rafale à 10 images seconde. Le meilleur module AF à ce jour.
  • L’Alpha 7R : Avec un R comme Résolution. Le capteur passe à 42 millions de pixels. Pour le reste, c’est comme l’Alpha 7.
  • L’Alpha 7S : Avec un S comme Sensibilité. Le capteur ne propose que 12 millions de pixels mais autorise une montée en sensibilité exceptionnelle. Un boîtier taillé pour la vidéo. La version III n’est pas encore disponible.

Voilà qui devrait vous permettre de comprendre l’organisation de la série Alpha 7.

Le boîtier de l’A7 III est semblable à celui de l’A7R III. À noter, l’apparition d’un joystick permettant de déplacer les collimateurs AF qui occupent la presque totalité de l’image (miam miam…). Le module AF nous vient directement de l’A9, le vaisseau amiral de la marque réputé pour sa vélocité.  La vidéo ci-dessous permet de constater combien l’AF est efficace, surtout lors de l’utilisation de la détection de l’oeil (incroyable). Les portraitistes et autres photographes de mariage vont se régaler !

Un nouveau capteur BSI CMOS Exmor R de 24,2 Mpx fait son apparition. C’est à peu de chose près le même capteur que l’A9 (sans la Dram). L’optimisation du processeur permet d’atteindre une sensibilité de 100 à 204 800 ISO, rien que ça ! C’est trois IL de mieux que la version précédente du boîtier (A7 II).  La montée en ISO ne devrait poser aucun problème jusqu’à 12800, et il sera peut être possible de s’aventurer au delà.

La rafale est annoncée à 10 images seconde avec conservation de l’autofocus sur chaque image. Voilà qui devrait combler les passionnés de photo sportive ou animalière.

La nouvelle batterie permet d’éteindre 710 vues (Norme CIPA). FUJIFILM prends de la graine… Ajoutons à cela un double slot  pour carte SD, ce qui ravira les professionnels en leur offrant une sécurité accrue.

La vidéo n’a pas été oubliée avec l’intégration du format 4K (UHD 3840×2160). Notons aussi que l’UHD HDR (Hybrid Log-Gamma) des téléviseurs compatibles est pris en compte par l’appareil. Il en est de même du S-Log3 pour un post-traitement de qualité et une plage dynamique optimisée.

L’Alpha 7 III est-il parfait ? Pour l’instant je ne suis pas en mesure de me prononcer. Les premiers tests découverts sur Internet décrivent un boîtier exceptionnel, mais je vous en dirai plus dans quelques jours après un premier test terrain de la bestiole !

À très bientôt

Jean-Michel

 

0 comments on “Deux nouveaux boîtiers, dont un qui affole les reflex

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :