Sujet photographique : les ponts


Les ponts et viaducs constituent d’excellents sujets photographiques. Merveilles d’ingénierie, ces ouvrages d’art sont parfois difficiles à apprivoiser. Position du photographe, conditions météo, choix de l’optique, cet article vous dit tout ce que vous devez savoir pour réussir de belles images.

Le choix de l’objectif

Tout dépend de la taille du pont ou du viaduc, mais aussi de votre emplacement. Si l’ouvrage est de grande taille et si vous êtes proche de lui, un super grand angle sera nécessaire (de 10 à 20mm). Dans ce cas, il faudra compter avec des déformations importantes et difficiles à éliminer en post-traitement. Mais en photo d’architecture ces déformations peuvent parfois constituer un atout créatif. Un 24mm, un 35mm et parfois même un 50mm pourront également faire l’affaire; tout dépend du cadrage adopté. 

Le pont de Normandie (c) Arnaud Maupetit

Reconnaissez les lieux

Comme nous aurons l’occasion de le voir dans cet article, photographier un pont nécessite une bonne préparation. Je vous conseille de vous rendre sur les lieux à plusieurs reprises, afin de repérer les emplacements offrant les meilleurs points de vues sur l’ouvrage d’art. Recherchez des endroits calmes où vous ne serez pas dérangé et surtout sécurisés, car il n’est pas question de prendre des risques pour quelques photos.

Essayez plusieurs optiques afin de déterminer celle qui conviendra le mieux à chaque emplacement.  Si vous ne bougez pas, vos images seront quasi identiques. C’est pourquoi, il est important de se déplacer afin de photographier l’ouvrage sous des angles différents. Pensez à  vous placer sous le viaduc ou le pont : cela donne parfois des résultats surprenants (voir la photo suivante).  

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est back-to-human-life.jpg
« Back to Human Life » par le Dr Akira TAKAUE

Le choix du moment

« Viaduc de Millau » par Jean-Michel Nollevaux

En photographie de paysage, on a coutume de dire qu’il vaut mieux photographier en début ou en fin de journée, pour éviter les ombres dures. Ce n’est pas toujours vrai lorsqu’il s’agit de « tirer le portrait » d’un pont ou d’un viaduc… En effet, lorsque l’ouvrage d’art bénéficie d’un bel éclairage, la nuit peut fournir de magnifiques images. Pour les photos de jour, un ciel nuageux sera toujours préférable à un ciel vide, car les nuages apportent de la texture et jouent le rôle d’un filtre naturel. 

Avant de parcourir de grandes distances pour photographier un pont ou viaduc, n’oubliez pas de consulter la météo. Cela vous évitera de faire des kilomètres pour rien.  

Chaque ouvrage à son histoire

Votre démarche intellectuelle ne sera pas la même si vous  souhaitez simplement photographier un ouvrage d’art (pont ou viaduc) ou si  vous projetez de constituer  une série de photos sur ce thème. 

La série demandera sans doute plusieurs semaines, plusieurs mois, voire plusieurs années. Elle nécessitera de nombreux déplacements, parfois lointains.  

Pour la constitution d’une série, vous devrez varier les matériaux de construction utilisés et la destination de l’ouvrage. Les constructions peuvent être très différentes, les matériaux utilisés également : bois, briques, pierre, acier, béton, béton armé, le béton à haute résistance, fibres de carbone et polymères. Les ponts et viaducs peuvent répondre à des besoins divers : ponts ferroviaires, ponts routiers ou autoroutiers, passerelles pour piétons et cyclistes, écoconduites, installations industrielles ou aqueducs.

Le pont” par Armin Marten
«Pont ferroviaire» de Ryusuke Komori

Histoire des ponts

Les premiers ponts furent de simples  troncs d’arbres tombés dans l’eau et / ou des structures  rustiques en bois enjambant des cours d’eau.

« Traversée » par Jonathan Munchi

Plus tard, grâce aux améliorations apportées à la technologie du travail du bois, les constructeurs de ponts ont utilisé des rondins de bois et des poutres en saillie posées sur la barrière; des ponts plus longs ont été construits avec des piliers en pierre.

«Walk And Talk» de Wayne Pearson

Dans certaines régions, la liane était plus accessible, à partir de laquelle on a construit les ponts suspendus.

Dans l’empire romain,  la voûte était connue ;  C’ est l’un des éléments de base,  non seulement des ponts de pierre et de briques, mais également des grands aqueducs construits à proximité des grandes villes.

par Mustafa Zengin

La montée en puissance de l’architecture  gothique et le développement de puissants royaumes contribuèrent à l’ amélioration des techniques de construction des ponts. Ces ouvrages furent  construits avec des arches plus grandes, à partir de cette époque. C’est le cas du célèbre « pont Charles » de Prague en République tchèque.

« Pont Charles Prague » par Jean-Michel Nollevaux

Plus récemment,l’industrialisation a entraîné des changements majeurs dans la construction des ponts. Le développement du chemin de fer a accru la demande pour ces structures d’un prix et d’une durabilité acceptables. Initialement, on construisait des ponts et des viaducs en bois, briques ou pierre   constitués de plusieurs petites arches. Peu à peu, la fonte a été de plus en plus utilisée dans la construction des ouvrages d’art.

Le premier pont de fer a été construit en 1779 sur la rivière Severn en Angleterre. Puis, de plus grands ponts en acier ont commencé à voir le jour lorsque la production d’acier s’est développée. La forte demande de ponts en acier a conduit les usines à produire des pièces normalisées.

«Vallée froide» de Hideyuki Katagiri

Au 19ème siècle et au début du 20ème, l’utilisation de  l’acier était devenue si courante que l’on pouvait construire de grandes et larges clés pour les ponts à chaînes et à cordes.

“Le pont du Golden Gate” par Yadi Yasin

Au 20ème siècle, le béton, le béton armé et le béton précontraint ont été déterminants pour la construction de ponts et de viaducs.

“Le motard solitaire” de Mette Caroline Strøksnes

Ces dernières années, l’utilisation de polymères renforcés de fibres (PRF) en tant qu’éléments constitutifs de la construction de ponts,  a considérablement augmenté. Cela est dû aux propriétés intéressantes de ces matériaux, telles qu’un faible poids spécifique combiné à une résistance élevée, la possibilité de réaliser toute forme, une résistance élevée à la corrosion et à l’usure  ainsi qu’ un entretien facile.

Comme vous le voyez, chaque pont raconte une histoire, et cette histoire est celle des hommes qui l’ont construit.  

Voilà, j’espère que ce petit article vous donnera envie de photographier les ponts et viaducs que vous ne manquerez pas de rencontrer ici ou là, un thème auquel on ne pense pas nécessairement et qui, pourtant, peut permettre de réaliser de magnifiques images.

À bientôt !

Jean-Michel

3 réflexions sur “Sujet photographique : les ponts

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s