Les serpents en France : Généralités, fausses idées reçues et conseils


Les  beaux jours sont arrivés avec leur cortèges de bestioles plus ou moins « sympathiques » : insectes piqueurs, mordeurs ou encore …  serpents !

Parmi les reptiles, les serpents sont, de loin, ceux qui donnent lieu à des frayeurs irrépressibles. Pourtant, si leur utilité n’est plus à prouver, les serpents venimeux de notre pays ne sont pas aussi dangereux que le commun des mortels le prétend.

Entre légendes et phobies, ces reptiles paient un lourd tribut à cette peur panique qui submerge certains d’entre nous.

Aussi, en cette période très propice pour les rencontres avec ces êtres rampants, j’ai donc cru bon de vous faire ce petit article, afin de dé-diaboliser les serpents et vous les faire mieux connaître.

Tout d’abord, sachez que  les reptiles font l’objet d’une protection sur tout le territoire Français mais aussi chez nos amis Suisses, Belges et Luxembourgeois. De ce fait une forte amende dissuadera celui ou celle qui serait tenté de tuer un serpent ou un lézard.

Couleuvre ou Vipère ?

Il existe 2 familles de serpents : Les couleuvres et les vipères. Les orvets, quant à eux, font partie des Lézards.

Mais comment différencier les 2 espèces ? C’est très simple.

La couleuvre a une pupille ronde (comme un œil de chien) alors que la vipère a une pupille verticale (comme un œil de chat).

01

Si vous hésitez encore, regardez la queue du serpent : celle de la couleuvre est longue et très effilée, tandis que celle de la vipère est brusquement rétrécie.

01c

Les écailles sur la tête peuvent également donner des indications sur la nature de l’animal mais cela est réservé à un public averti et fan d’herpétologie.

D’autre part, sachez que la tête triangulaire n’est pas un critère d’identification fiable.

01b

Enfin, les vipères et les couleuvres bien que vivant dans toutes les régions françaises, n’ont pas tout à fait les mêmes habitudes : si les couleuvres aiment se dorer en plein soleil, les vipères, elles, craignent la forte chaleur. Elles  sortent tôt le matin ou en début de soirée.

En général, la couleuvre est plus longue que la vipère. Ainsi, un serpent de plus de 90cm ne peut être  pas une vipère.

Attention, si vous soulevez des cailloux : quand il fait trop chaud, les serpents se cachent souvent dessous.

Les vipères sont absentes sur la zone littorale, car trop ensoleillée et rare en protections  contre la chaleur.

LES COULEUVRES :

On en recense 8 espèces en France. Ce sont en général de longs serpents.

On en trouve des rupestres comme la couleuvre de Montpellier qui n’hésitera pas à « grimper » le long d’un mur ou d’une falaise, des arboricoles comme la couleuvre d’Esculape qui « grimpe » aux arbres pour aller se délecter d’œufs et de poussins, et des aquatiques,  comme la couleuvre vipérine ou la couleuvre à collier.

Ce sont des serpents, pour la plupart, agressifs qui n’hésitent pas à faire face à l’homme, adoptant souvent l’attitude du cobra dressé sur sa queue. Cependant, elles sont toutes inoffensives.

Voici la liste des couleuvres que vous pourrez rencontrer lors de vos balades photographiques dans la nature :

La couleuvre de Montpellier : Peut atteindre 2m de long. Elle est le plus souvent brune ou verdâtre. Un profil aigu et de gros yeux saillants recouverts par des « auvents » formés par des plaques écailleuses donnent à sa tête une physionomie particulière.

Elle possède une attitude défensive typique. Elle s’avance, et s’arrête net, dressée sur le premier tiers de son corps. C’est un serpent batailleur. Elle possède deux crochets venimeux au fond de la gueule, ce qui la rend inoffensive pour l’homme. De même, son venin n’est pas toxique pour l’humain. Elle vit dans les garrigues, les maquis côtiers, les fourrés, les vignes et les oliveraies du midi

05
06
Une grande couleuvre de Montpellier grimpe sur une falaise à la recherche d’œufs ou de poussins de Guêpiers d’Europe

La couleuvre à collier : de 1.10m à 2m cette couleuvre est présente dans toute la France, jusqu’à 2000m d’altitude. Elle est semi-aquatique, c’est à dire qu’elle vit à proximité de l’eau, pouvant nager, et plonger dans celle-ci. Elle n’est pas agressive, Pour se défendre, elle donne des coups de tête et envoie un liquide nauséabond en faisant la morte. Elle nage avec aisance, la tête hors de l’eau. Elle plonge et peut rester une quinzaine de minutes dans l’eau.

09

La couleuvre à échelons : Elle mesure jusqu’à 1m60. Adulte, elle possède une livrée gris-jaune ou gris brunâtre. Elle arbore  deux traits longitudinaux sombres le long du corps. C’est une couleuvre exclusivement méridionale.

Très agressive, elle se jette gueule ouverte sur son agresseur.

16

La couleuvre verte et jaune : Elle mesure jusqu’à 1m50. Adulte, sa livrée est jaune-verdâtre, noire tachetée de jaune. Certains spécimens, peuvent être presque totalement noirs (livrée mélanique). Serpent à l’aise sur terre comme sur l’eau, il est aussi très agile et peut grimper dans des arbres. Il est donc présent dans tous les types d’habitat. La couleuvre verte et jaune a un caractère très batailleur, et n’hésite pas à s’élancer gueule ouverte sur son agresseur, se débat et tente de mordre. La morsure est totalement inoffensive.

19

La couleuvre vipérine : elle mesure jusqu’à 1m pour les plus grosses femelles. Exclusivement méridionale. Elle passe toute sa période d’activité (avril à octobre) dans les cours d’eau. Elle ne revient sur terre que pour se réchauffer. La couleuvre vipérine est souvent confondue avec la vipère, à cause de sa taille, de sa couleur et de sa réaction en cas d’agression qui consiste à s’enrouler en spire, à aplatir sa tête et à siffler. Elle est cependant totalement inoffensive et ne mord jamais.

22
SONY DSC
2 Couleuvres vipérines se disputent un carassin

 La couleuvre d’Esculape : Elle peut atteindre 2m.

Généralement la couleuvre d’esculape est brun-vert olivâtre plus ou moins foncé, luisant, plus clair vers l’avant. C’est le plus beau serpent de France pour de nombreuses personnes. Elle fréquente les bosquets, lisières, prairies, lieux arides ensoleillés, coteaux rocheux et rocailleux, ainsi que les murs en ruine. On peut très bien la voir aussi dans nos charpentes et dans les arbres. C’est en effet une très bonne grimpeuse. Elle est présente à peu près partout en France. Elle est de  tendance nettement arboricole, très agile et de caractère plutôt paisible ; le produit de ses glandes cloacales est parfois utilisé comme moyen de défense, en effet elle produit une odeur nauséabonde qui peut faire fuir ses ennemis.

11

La Coronelle girondine et la Coronelle lisse sont des couleuvres plus difficiles à rencontrer car essentiellement nocturnes. Ce sont de petits serpents 65cm en moyenne totalement placides et ne cherchant pas à mordre.

27
Coronelle girondine

 LES VIPÈRES :

Il existe 4 espèces de vipères en France. Aux plus connues, la vipère péliade et la vipère aspic, il faut ajouter les rarissimes vipère de séoane et vipère d’orsini.

Ce sont des serpents discrets et craintifs. Ils sont courts (90cm pour les plus grands spécimens) et trapus.

La vipère péliade : Elle dépasse rarement 65cm. Reconnaissable à ses yeux rouges, la couleur de fond du dos est généralement brunâtre, ou grisâtre, ponctuée de taches noires ou grises. Elle est présente au centre, au nord, ainsi que dans  les Alpes. On la trouve jusqu’à 3000 m d’altitude. Son venin est toxique.

31

La vipère aspic : Elle atteint généralement 70cm. Cependant, certains spécimens peuvent mesurer 90cm. Cette espèce n’a pas de coloration type : sa couleur de fond, la présence et la disposition des taches sont variables. Le bout du museau est retroussé les yeux sont jaunes. Elle est présente partout en France, sauf au nord. Elle vit dans les endroits rocailleux de préférence, mais elle peut s’adapter à tout type d’habitat. Son venin est toxique.

33

La vipère d’Orsini : La plus petite vipère de France, elle ne mesure que 40 à 45 cm. Elle ressemble à la vipère péliade mais elle est beaucoup plus fine, et plus courte. Très rare et très localisée dans les Alpes de Haute Provence, elle privilégie les habitats de haute altitude, presque dénués de végétation. Complètement diurne, on l’observe le matin de très bonne heure. Cette espèce est inoffensive pour l’homme du fait de la petitesse de sa gueule ainsi que la très faible toxicité de son venin.

La vipère de séoane : Son corps ressemble à la vipère péliade. Cette vipère est assez petite, en moyenne 50cm et vit localement dans les Pyrénées Basques. Elle fréquente la plupart des habitats: bois et forêts lui conviennent comme les zones peu arborées. Très rare en France, c’est l’une des espèces les plus menacées d’extinction en Europe.

Idées reçues

Après ces généralités je voudrais aborder les idées reçues et à bannir absolument !

  • Les vipères ne nagent pas! leur corpulence font d’elles des serpents très denses qui coulent immédiatement autrement dit si vous vous baignez dans un cours d’eau ou un lac et vous retrouvez face à un serpent dites vous bien que vous ne risquez rien !!!
  • Les vipères n’attaquent pas les hommes. Elles peuvent toutefois mordre si elles se sentent agressées ou si par inadvertance vous leur  marchez sur la queue …
  • Dans l’hexagone, un serpent qui mesure plus de 90 cm n’est pas une vipère, mais une couleuvre. De ce fait il est inoffensif
  • Il n’y a pas de lâcher de vipères par hélicoptère ! imaginez l’état des bestioles à l’atterrissage !
  • Toutes les morsures de vipères ne sont pas venimeuses et fatales  loin s’en faut ! On dénombre en effet 1 000 à 2 000 morsures de vipères par an en France (vipère aspic et vipère péliade) Seulement 10 % des morsures s’accompagnent d’une envenimation (Il faut 6h à une vipère pour régénérer son venin. Sans celui-ci, elle est en danger face à un éventuel prédateur et surtout elle n’a plus de quoi tuer ses proies. De ce fait, elle injecte son venin à sa guise) seuls 10 % de ces envenimations sont potentiellement graves ; 1 à 3 décès par an.

Les vipères possèdent plus de venin au printemps, les envenimations sont plus fréquentes en avril/juin.

Les morsures des vipères Françaises sont rarement mortelles : un adulte en bonne santé et sans problème cardio-vasculaire n’encourt aucun risque vital si la prise en charge est rapide en milieu hospitalier. En l’absence de traitement le pronostic peut être sévère et le décès est possible même si cela reste exceptionnel.

Conseils

  • Lors de balades en Nature il y a lieu de porter des chaussures fermées et de pantalons longs.
  • Dans les endroits réputés abriter des vipères se déplacer en frappant le sol avec un bâton, siffler peut également effrayer les serpents. Ceux-ci sont sourds mais réceptifs aux vibrations.
  • Bien regarder avant de ramasser quelque chose ou de mettre un genou au sol pour prendre une photo par exemple.
  • Eviter d’attraper un serpent, c’est là que vous risquez de vous faire mordre.

En cas de morsure : Si c’est une couleuvre ; désinfecter rapidement la plaie, voir éventuellement un médecin si on a des doutes quant à une quelconque infection ou sur la validité des dates de rappels des vaccins (antitétanique notamment).

Si c’est une vipère ; voir le plus rapidement possible un médecin ou aller aux urgences de l’hôpital le plus proche et éviter de trop bouger afin de ne pas accélérer le rythme cardiaque et ainsi favoriser le cheminement sanguin du venin.

  • L’utilisation de dispositif type Aspivenin est inutile. L’injection du venin s’effectue à haute  pression ; de ce fait, sa propagation dans les tissus est profonde et rapide, rendant ce dispositif inefficace.
  • Ne pas inciser la plaie ce qui favoriserait les nécroses des tissus ou la surinfection de la morsure.
  • Ne pas mettre de garrot : le venin peut passer en longeant les gaines nerveuses, et cela risque d’engendrer de graves nécroses.
  • Ne pas sucer la plaie car il peut y avoir risque de s’envenimer si l’on a la moindre plaie dans la bouche.
  • Faites allonger la victime et rassurez-la pour que le venin se propage moins vite.
  • Prévenez les secours. (au téléphone, le Centre-Anti-Poison le plus proche ou le 15 en France et le 112 dans l’Union Européenne)
  • Si vous êtes isolés, transportez la victime dans un hôpital sans la faire marcher.

Voila pour cet article qui, je l’espère, vous aidera lors de vos rencontres, fortuites ou pas, avec ces animaux.

01d

Michel.

D’autres photos sur mon site : Mes photos nature

4 réflexions sur “Les serpents en France : Généralités, fausses idées reçues et conseils

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s