Les conseilleurs ne sont pas les payeurs…


Jean-Michel, je souhaite acheter un nouvel appareil photo numérique, que me conseilles-tu ? Jean-Michel, ce flash Godox est-il aussi performant que celui proposé par la marque de mon APN ? Jean-Michel, je souhaiterais acquérir cette nouvelle boîte à lumière, qu’en penses-tu ? Il est évident que mon statut de photographe pro, associé au fait que j’anime un blog dédié à la pratique et au matériel photo me propulse involontairement au rang de « spécialiste en matériel et fin connaisseur du marché« … La belle affaire !

Alors, non sans malice, je questionne à mon tour :

  • « Pourquoi veux-tu changer ton appareil photo, celui dont tu disposes est très bien ? » Pris au dépourvu, pour ne pas dire gêné, mon interlocuteur me répond : « Je voudrais un plein format pour améliorer la qualité de mes photos…« . La messe est dite !
  • « Dis-moi, pourquoi veux-tu acheter un flash ? » Désarçonné, car il s’attendait à une réponse plutôt qu’une question, il me répond : « Pour éviter d’augmenter les ISO lorsque la lumière vient à manquer… ».
  • « Mais cette nouvelle boite à lumière est très chère et ne fera pas mieux qu’une version chinoise 5 fois moins onéreuse« . « Je sais, mais elle est plus pratique à monter… ».

Voilà le genre de questions auxquelles je dois souvent répondre. Mais comment faire comprendre à ces personnes qu’il est impossible de répondre efficacement à leurs questions, et cela même si je connais très bien le matériel concerné ?

Le conseil impossible ? Je m’explique :

L’idée qu’on se fait d’un boîtier ou d’un accessoire photo est liée à vos connaissances techniques et à votre pratique de la photo. Le prix du matériel doit également entrer en ligne de compte et être mis en relation avec son utilisation (un matériel cher sera amorti par le professionnel qui vendra son travail, ce n’est pas le cas pour l’amateur).

Voici donc ce qui influence l’avis que je me fais d’un boîtier :

  • mes connaissances techniques : 50 ans de pratique m’ont permis d’évaluer finement le potentiel d’un boîtier et d’en tirer toute la quintessence. Ce ne sera pas le cas de celui qui pratique la photographie comme un loisir.
  • mon utilisation du matériel : je suis photographe mais aussi réalisateur de vidéos. Il va sans dire que mon jugement sur un boîtier prendra nécessairement en compte ses capacités photo et en vidéo. Certains boîtiers sont excellents en photo et beaucoup moins en vidéo ou inversement…
  • le coût du matériel : la réflexion du photographe, avant achat n’est pas la même selon que le matériel sera destiné à une utilisation pro ou non. Si l’on trouve de bons appareils photo à 600 euros on en trouve également de bons à 4000. La différence entre les deux, c’est qu’ils ne seront pas destinés au même usage…

Vous allez me dire « S’il n’est pas possible de répondre aux questions que l’on te pose, tu laisses le questionneur en plan« . La réponse est non, mais je n’oublie pas que le statut de photographe pro va crédibiliser ma réponse et lui donner valeur de vérité. Je sais aussi que cette réponse va engager ma responsabilité, fût-elle seulement morale. Chaque photographe est avant tout un passionné, et chaque passionné devient tôt ou tard déraisonnable. Le tout est de ne pas transformer cette déraison en une doctrine ou un postulat.

De nombreux photographes sont malheureusement victimes des tests publiés par les magazines et les blogs. Je n’oublie pas non plus les vidéos des « influenceurs » sur YouTube. Vous savez ceux qui vous disent « La marque m’a gentiment prêté ce matériel en exclusivité, mais je suis libre de dire ce que j’en pense….« . Bien entendu, ils sont libres de leurs propos, mais le fait d’avoir été choisi par la marque les obligera, même inconsciemment, à une certaine retenue, sinon la marque choisira quelqu’un d’autre et la chaîne YouTube perdra de sa rentabilité…

Quand il est question de responsabilité !

Conseiller quelqu’un, qui par la suite va engager de l’argent, impose une certaine réflexion et une vraie responsabilité. Cela va peut-être vous surprendre, mais la première chose que je fais est de poser quelques questions pour établir le profil du « questionneur », et vous allez voir que ce n’est pas inutile.

  • « Qu’elles sont les raisons qui te poussent à changer ton boîtier ? » L’idée est de savoir si l’ancien boîtier ne répond plus aux exigences du photographe ou si le changement a été décidé pour répondre à l’appel des sirènes du marketing.
  • « Gardes-tu ton ancien boîtier ou veux-tu le revendre ou le faire reprendre ? » La revente ou la reprise fera baisser la facture finale et il est important de prendre en compte cette donnée.
  • « Veux-tu rester dans la marque ou switcher vers une marque ou un modèle particulier ? » En cas de changement de marque, il faudra aussi prévoir de revendre ou faire reprendre l’ensemble des optiques détenues.
  • « Combien veux-tu investir dans ton nouveau boîtier ? » C’est bien connu l’argent est le nerf de la guerre !

Les réponses à ces questions et éventuellement à quelques autres vont me permettre de me faire une idée sur la motivation du questionneur : certains changent de boîtier lorsque ce dernier ne répond plus à leurs besoins. C’est la décision la plus raisonnable, et il sera facile de les conseiller vers un matériel plus adapté à leur pratique photographique. D’autres vont changer pour obtenir le dernier modèle, cher mais à la mode, même s’ils ne sauront pas utiliser la moitié des fonctions ou n’en auront pas besoin… Ceux- là désignent généralement le matériel convoité. Je me contente alors d’attirer leur attention sur le fait qu’un boîtier très haut de gamme est plus compliqué à utiliser et qu’il ne fait pas de meilleures images qu’un boîtier deux fois moins cher.

Enfin, il y a les débutants ; ceux qui aiment la photographie et souhaitent en acquérir les bases pour commencer à produire des images de qualité. Il est important de leur demander vers quels types de photos ils s’orientent et de quel budget ils disposent. Je leur précise généralement qu’il leur faudra aussi acquérir, à minima, un trépied et un sac photo, deux accessoires indispensables au photographe. Une fois le budget connu, je conseille le matériel le plus apte à satisfaire les besoins du néophyte.

Le « conseilleur » doit toujours avoir en mémoire que les boîtiers dits d’entrée de gamme sont aujourd’hui largement suffisants pour satisfaire une pratique polyvalente de la photographie. Il faut prendre garde à ne pas énoncer des conseils partiaux et proposer du matériel qui serait bien au dessus des besoins du questionneur : qui a vraiment besoin d’un capteur de plus de 24 millions de pixels ? Qui a vraiment besoin d’une optique ouvrant à f/1.2 ? Qui a vraiment besoin d’une rafale à 20 images par seconde ?

Comment conseiller utilement ?

Vous l’avez compris, cet article s’adresse à tous les photographes dont le niveau technique les autorise à donner leur avis sur l’achat de matériel.

  • Répondez honnêtement aux questions que l’on vous pose ;
  • Ne tenez pas compte de votre pratique personnelle, car elle n’a rien à voir avec celle de celui qui vous questionne. Mettez-vous à sa place avant de répondre ;
  • N’hésitez jamais à poser des questions pour savoir ce que le questionneur attend de son futur matériel ;
  • Ne conseillez jamais du matériel que vous ne connaissez pas personnellement. Ce que vous avez lu sur internet ou dans les magazines n’a qu’une valeur informative, mais ce n’est pas parole d’évangile.
  • N’oubliez pas que les appareils disposant de capteurs 1 pouce, micro 4/3 ou APS-C sont parfaitement capables de produire de belles photos. Il n’y a pas que le 24×36 dans la vie (contrairement à ce que tentent de nous faire croire les gens du marketing).
  • Enfin n’oublions jamais que le meilleur boîtier est celui que l’on a toujours avec soi. Un petit hybride sera toujours un meilleur choix qu’un reflex pour un débutant.
  • Dernier conseil : tous les appareils permettent aujourd’hui de faire de belles photos, mais à condition qu’ils soient utilisés par de bons photographes !

Noël approche et je sais que beaucoup d’entre nous auront bientôt à répondre à de nombreuses questions de gens qui souhaitent s’équiper. Ne les faites pas fuir en leur proposant du matériel hors de prix, profitez plutôt de ce contact pour transmettre votre passion de la photo !

À bientôt

Jean-Michel

2 réflexions sur “Les conseilleurs ne sont pas les payeurs…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s