Que valent les influenceurs ? Comment séparer le bon grain de l’ivraie ?


Ces dernières années, le développement d’internet a été fulgurant, à tel point que la toile fait maintenant partie de notre quotidien et que la moindre coupure de réseau peut être vécue comme une catastrophe (pour certains seulement… Ouf !).

Les raisons de ce succès sont multiples; l’accès instantané à la connaissance universelle est pour moi la plus importante, mais il en est d’autres, tout aussi intéressantes, telles que la simplicité de communication avec le reste du monde ou encore l’accès quasi immédiat à l’information.

Ce bouleversement numérique a entraîné l’apparition de nouveaux métiers. Parmi eux, j’ai choisi de vous parler de celui d’influenceur, en me cantonnant à un domaine que je connais bien : la photographie.

quelle est réellement la valeur ajoutée de ces gens qui donnent des cours ou testent du matériel à grand renfort de vidéo ? Comment reconnaître les bons des mauvais ? Comment faire le tri entre le bon samaritain qui cherche à accroître vos connaissances et l’égocentrique vénal dont la communauté ne sert que ses intérêts financiers ? Suivez le guide !

Qu’est-ce qu’un influenceur ?

Voici les explications fournies par le Larousse :

Personne qui, en raison de sa popularité et de son expertise dans un domaine donné (NDLR la Photographie pour ce qui nous concerne), est capable d’influencer les pratiques de consommation des internautes par les idées qu’elle diffuse sur un blog ou tout autre support interactif (forum, réseau social, etc.).

En « nourrissant » le blog Émotions numériques, je me pose souvent la question de  » l’influence  » qu’exercent mes écrits, et de la responsabilité qui la mienne, notamment lorsqu’il s’agit de tester du matériel. Plus de 2700 photographes débutants, amateurs ou professionnels suivent ce blog et me font confiance. De nombreux clubs photo y puisent les cours qu’ils dispensent ensuite à leurs adhérents. J’ai donc parfaitement conscience des conséquences potentielles de mes écrits et du fait que ces derniers font de moi un « influenceur », même si tel n’est pas mon propos.

Avec ce blog, je cherche simplement à partager mes connaissances en matière de technique photographique et à vous donner mon avis sur le matériel que je connais pour l’avoir longuement utilisé. (Vous verrez plus loin que cette dernière phrase n’est pas innocente).

Quand il est question de la légitimité d’un influenceur

Si l’on se réfère à la définition du Larousse mentionnée ci-dessus, l’influenceur est une personne populaire (comprenez qui a su se constituer une communauté importante autour de sa chaîne YouTube ou de son blog) et qui possède une solide expertise dans son domaine de compétence.

Nous venons de pointer le doigt vers un premier problème, car il est tout à fait possible d’être populaire sans posséder le niveau d’expertise requis, exigible d’un influenceur crédible. Combien d’entre eux n’ont jamais mis les pieds dans une école de photographie ou d’art visuel ? Je vais même aller plus loin, combien d’influenceurs n’ont aucun diplôme en photographie ? Cela ne veut pas dire que l’on soit un mauvais influenceur si l’on n’est pas diplômé, mais force est de reconnaître que les plus mauvais sont le plus souvent issus de cette catégorie.

Un mauvais influenceur parviendra aisément à se constituer une communauté importante, car pour cela, ses faibles connaissances en photographie ne constitueront pas un handicap. Si notre influenceur est bon communiquant, s’il propose des contenus très fréquents, il finira par regrouper une population de débutants dont le niveau ne permettra pas d’identifier « l’imposteur », et qui pourtant recherchent des informations fiables.

Les deux catégories d’influenceurs

Poursuivons la définition du Larousse : Personne capable d’influencer les pratiques de consommation des internautes par les idées qu’elle diffuse sur un blog ou tout autre support interactif (forum, réseau social, etc.).

Tout influenceur est capable de peser sur les pratiques de consommation des internautes qui le suivent .Le problème est simplement de savoir si c’est ou non ce qu’il recherche

C’est pourquoi je classe les influenceurs dans deux catégories distinctes :

  1. Ceux qui risquent d’influencer vos futurs achats, mais dont ce n’est pas la volonté : c’est mon cas. Lorsque je vous propose un test terrain d’un boîtier, d’un objectif, d’un sac photo, etc., je vous fournis mon ressenti sur son ergonomie, sa facilité d’utilisation, sa résistance aux intempéries, ses qualités et ses défauts. Je vous donne donc un avis éclairé, mais personnel. À vous de le confronter à d’autres sources afin de vous forger votre propre opinion et de déterminer si le matériel en question sera ou non conforme à vos besoins. Jamais je ne suis rémunéré par les marques ou je ne demande un quelconque avantage. Le matériel testé est presque toujours le mien (acheté avec mes deniers personnels, c’est important de le préciser).

Je classerai également dans cette première catégorie les influenceurs qui reçoivent du matériel envoyé par les marques, mais qui respectent leur communauté en donnant un avis impartial non dénué de sens critique. Personnellement, voici quelques chaînes YouTube que je suis et que je vous recommande les yeux fermés :

Ces influenceurs sont tous impartiaux dans leurs jugements, et leurs conseils sont toujours avisés et réfléchis.

2. Ceux qui veulent influencer vos futurs achats pour favoriser un magasin ou une marque : ces influenceurs reçoivent du matériel prêté, parfois offert, par une marque ou un magasin photo. Sans l’ombre d’un scrupule, ils vont vanter les qualités du matériel « oubliant » ou « minimisant » ses défauts. Leur but ? Faire gagner de l’argent au magasin pour lequel ils travaillent afin de toucher des commissions sur chaque vente, doper les ventes d’une marque et utiliser sa notoriété pour accroître leur propre communauté et multiplier les « vues » sur YouTube afin d’en tirer un certain bénéfice financier bien réel celui-là.

Ces influenceurs sont faciles à dépister, car ils postent généralement plusieurs vidéos par semaine ( certains, une vidéo par jour…). Il faudra m’expliquer comment on peut tester sérieusement du matériel reçu la veille et renvoyé le lendemain…             

Comment dépister les mauvais influenceurs ?

Si vous débutez votre apprentissage de la photo et que vous vous informez en regardant de nombreuses vidéos sur YouTube, voilà un petit guide qui vous permettra de faire le tri entre les bons influenceurs comme ceux dont j’ai parlé ci-dessus (mais ce ne sont pas les seuls) et ceux qu’il vaut mieux éviter en raison des buts qu’ils poursuivent, buts qui sont aux antipodes de vos besoins, mais en parfaite conformité avec les leurs…

Plus les conditions ci-dessous seront réunies , plus vous devez fuir leurs chaînes YouTube :

  • Ils postent plusieurs vidéos de test par semaine (attention certains influenceurs sont malins et possèdent plusieurs chaînes, il faut donc prendre en compte les vidéos de chaque chaîne).
  • Ils testent du matériel de marques très différentes (Canon, Fujifilm, Panasonic, Nikon, Sony…). En règle générale les bons influenceurs testent le matériel de la marque qu’ils utilisent. Ceux qui changent de marque très souvent sont alimentés en matériel par un magasin… Si leurs vidéos sont malgré tout assez espacées dans le temps, vous pouvez leur faire confiance. Par contre une vidéo tous les 2 ou 3 jours,c’est NIET !
  • Ils évitent « souvent » de préciser que leur vidéo est « sponsorisée » vous laissant croire que le matériel testé leur appartient…
  • Ils utilisent des titres chocs tels que « Le meilleur ultra-grand angle » sans jamais comparer celui qu’il vous présente à tous les autres présents sur le marché…

Ces quelques signaux d’alerte devraient déjà vous mettre la puce à l’oreille : vous êtes sur la piste des imposteurs !

Si vous voulez avoir une idée assez exacte d’un matériel que vous ne connaissez pas, voici quelques conseils supplémentaires :

  • Tapez sur Google le nom du matériel qui vous intéresse (exemple « test Canon EOS-R6 ») et recherchez s’il existe un test effectué par « Les numériques » pour l’exemple donné, c’est le cas ici : https://www.lesnumeriques.com/reflex-hybride/canon-eos-r6-p56981/test.html . Les tests « Les numériques » sont effectués par des gens compétents dont les avis sont toujours impartiaux.
  • Vous pouvez également consulter les tests du site https://www.dpreview.com/ en anglais. Si vous ne maîtrisez pas cette langue et si vous utilisez le navigateur Google Chrome, demandez à ce dernier de traduire en français les textes en anglais. La traduction est généralement très bonne.
  • Sur YouTube, préférez les tests terrain aux tests en laboratoire. C’est sur le terrain que vous faites vos photos pas dans un labo. L’avantage des tests terrain vient du fait que le « testeur » utilise l’appareil dans des conditions réelles.
  • Enfin, ne décidez jamais d’acheter du matériel photo en vous basant sur l’avis d’un seul « influenceur ». Prenez le temps de lire plusieurs articles, de regarder de nombreuses vidéos. C’est seulement après cela que vous pourrez sortir votre chéquier sans trop de risques.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter de belles vacances et surtout de bonnes photos.

À vos appareils, prêt, partez…

Jean-Michel

3 réflexions sur “Que valent les influenceurs ? Comment séparer le bon grain de l’ivraie ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s