Canon EOS R5 + Canon RF 100-500 mm : l’heure du bilan.


Dix jours de safaris et environ 12 000 photos… De bien belles vacances, mais aussi l’occasion de partager mon expérience concernant l’utilisation terrain du Canon EOS R5 et de l’optique RF 100-500 mm. Si vous attendiez un test terrain grandeur nature et bien cet article devrait vous satisfaire. C’est parti !

Canon EOR R5 : un accouchement dans la douleur

Les problèmes de surchauffe, constatés à sa sortie, ne sont plus aujourd’hui qu’un lointain souvenir, sauf si vous êtes un pro et si vous souhaitez filmer principalement en 8K. Mais si c’est votre cas, le tout nouveau Canon R5C devrait bientôt vous combler. Si, comme moi, vous êtes aussi vidéaste et vous vous contentez de la 4K 120p, alors il n’y a plus aucune raison de ne pas utiliser le R5, les différentes mises à jour du boîtier l’ont rendu parfaitement opérationnel. Cela méritait d’être précisé.

Le Canon R5 en bref

L’EOS R5 de Canon est un excellent appareil photo pour les professionnels ou pour tous ceux qui recherchent une option extrêmement performante et polyvalente. Le Canon R5 sait tout faire ou presque et sera à l’aise dans toutes les disciplines : des sports à la photographie animalière, des portraits en studio aux paysages, de la mode à la macro ou au reportage.

Il s’agit d’un appareil photo sans miroir plein format de 45 MP capable de filmer des clips vidéo jusqu’en 8K (à condition de limiter la durée des séquences dans ce format). Il est doté d’un autofocus Dual Pixel impressionnant et d’une ergonomie absolument magique. Il peut capturer des images fixes et des vidéos HDR 10 bits pour un affichage HDR. C’est le successeur sans miroir des appareils photo reflex numériques de la série 5D de Canon. Je ne peux pas dire qu’il est parfait, mais il s’approche assurément de la perfection. Pour moi, sa haute résolution, son autofocus et sa grande qualité d’image sont ses armes principales. Il est vrai qu’un capteur de 45 MP produit des images « très lourdes », mais Canon a eu l’intelligence de fournir un format RAW compressé sans perte , dont le poids des fichiers s’apparente à ceux du JPEG.

Spécifications : (cliquez sur les images pour les agrandir)

  • Capteur CMOS dual pixel plein format de 45 mégapixels.
  • Vidéo 8K, avec option pour Raw ou 10 bits 4:2:2 C-log ou HDR PQ.
  • Jusqu’à 4K/120p, ou 4K suréchantillonné jusqu’à 30p.
  • Système AF Dual Pixel II à couverture de 100 % avec détection humaine et animale formée par apprentissage automatique. Une mise à jour récente vient d’ajouter les voitures et les motos de course.
  • Rafales 12 ips / 20 ips (obturateur mécanique / électrique).
  • EVF OLED de 5,76 millions de points avec un taux de rafraîchissement maximal de 120 ips.
  • Écran tactile entièrement articulé de 3,2 pouces et 2,1 millions de points.
  • Photos HDR 10 bits au format HEIF.
  • 1 emplacement CF-express, 1 emplacement SD UHS-II.
  • Étanchéité revendiquée au même niveau que l’EOS 5D Mark IV.
  • Wi-Fi 2,4/5 GHz avec connectivité Bluetooth et FTP.
  • CIPA évalué à environ 320 prises de vue (avec EVF). J’ajoute qu’avec deux batteries, il est possible d’utiliser le R5 pendant plus d’une journée et de ramener environ 2000 photos.

Test terrain et impressions

Le poids de l’ensemble :

Ici vous ne trouverez pas de tests « scientifiques » à base de « mires », mais plutôt un retour d’expérience basé sur une utilisation quotidienne et intensive du matériel, du lever du jour jusqu’à la tombée de la nuit et cela avec près de 1500 photos en moyenne par jour.

La première chose qui m’a surpris avec le R5 associé au 100-500mm, c’est le poids de l’ensemble. C’est bien plus léger et petit que tout ce que j’ai possédé jusqu’à présent. Quand on commence à prendre de l’âge, limiter le poids est important, car cela permet de réduire la fatigue. Mais ce n’est pas tout: un matériel léger et compact sera bien plus maniable et permettra une bien meilleure réactivité. Question poids, disons que c’est un 10/10. Ceux qui pratiquent la billebaude régulièrement comprendront ce que je veux dire.

Réactivité de l’autofocus et netteté de l’optique :

Si le poids du combo R5+100-500 m’a enchanté, ce n’est rien à côté de ce que j’ai pensé de l’AF. J’ai été immédiatement frappé par la qualité de l’autofocus du R5, notamment avec une optique qui ouvre à F7.1. J’ai reçu mon RF 100-500mm peu de temps avant mon départ au Kenya et je dois dire que j’émettais de sérieuses réserves sur l’AF compte tenu de l’ouverture proposée. Disons-le tout de suite, c’est un quasi-sans-faute, quelle que soit la mobilité du sujet. J’étais également dubitatif sur la netteté du 100-500, grand ouvert à F7.1 aux focales de 400 et 500 mm. Ces deux motifs d’inquiétude ont été rapidement dissipés, après quelques images. Aidé par une stabilisation excellente, l’AF a toujours donné le meilleur de lui-même. Quand à la netteté de l’optique, disons qu’elle est excellente à toutes les focales.

L’AF du R5 excelle dans toutes les situations. En très basse luminosité, l’autofocus reste véloce et extrêmement précis. Couplé à l’incroyable suivi du visage et de l’œil, le point est obtenu en un temps record. Avec un R5, les photos floues appartiennent au passé.

Jusqu’à présent le bilan est très positif : Poids = 10/10. AF = 10/10. Netteté de l’optique = 10/10 et enfin stabilisation boîtier+objectif : 10/10.

Ergonomie du boîtier et apprentissage de son utilisation :

Canon a toujours été salué pour l’ergonomie de ses boîtiers et ce n’est pas avec l’EOS R5 que la tradition sera rompue. Disons même que les ingénieurs ont bien travaillé puisque le boîtier tient parfaitement en main et que les molettes et autres boutons sont idéalement positionnés. Côté ergonomie, c’est très bon : 9,8/10.

Mais la facilité d’utilisation ne se juge pas qu’à l’emplacement des molettes et des boutons, le menu est aussi quelque chose d’important. Et bien vous me croirez ou pas, mais pour le menu c’est aussi un sans faute. Il peut être consulté au doigt grâce à l’écran tactile et se montre ultra-réactif. Les différentes rubriques sont organisées grâce à des onglets de différentes couleurs ce qui permet de gagner du temps et de trouver rapidement ce que l’on cherche (malgré la multitude d’options). On peut, bien entendu, personnaliser le boîtier comme on l’entend.

Mais je ne serais pas complet si je ne parlais pas de l’écran articulé sur rotule. Canon à mis longtemps avant de proposer cette option sur ses boîtiers pro, mais c’est loin d’être un gadget, car cela permet de faciliter certaines prises de vues, au ras du sol par exemple. Cela améliore la protection de l’écran lorsque le boîtier est remisé dans un sac. Bref, le R5 est un modèle d’ergonomie et il sera difficile de faire beaucoup mieux.

Juste un petit point que j’ai trouvé bizarre, monsieur Canon : puisque le Joystick est prévu pour déplacer le collimateur, pourquoi est-il désactivé par défaut ? Bizarre, vous avez dit bizarre !!! C’est pour cette raison que j’ai mis 9,8/10 au lieu de 10/10.

Test du R5 en basse lumière

Si vous vous demandez si le R5 et aussi bon que le R6 en basse lumière, la réponse est non. À 6400 ISO le R5 produit autant de bruit que son petit frère à 12 800. Mais il fallait s’y attendre et, même si on se prenait à aimer le contraire, c’est tout à fait normal lorsque le premier utilise un capteur de 45 millions de pixels alors que le second est limité à 20 millions.

Mais il ne faut pas en conclure que le R5 est mauvais en basse lumière. Sur les sujets statiques, sa stabilisation exceptionnelle permettra de baisser les ISO jusqu’à 2500 par exemple et d’obtenir des clichés de très bonne facture, ne demandant aucun « traitement » du bruit. Sur les sujets en mouvement, ce sera un peu plus compliqué. Il faudra alors se limiter à 12 800 ISO et utiliser un bon logiciel pour obtenir une image de qualité (de cela nous reparlerons très prochainement sur ce blog). Alors, comme je l’ai fait depuis le début, je vais donner une note à la montée en ISO du boîtier : 7,5/10 et 8,5/10 pour le R6.

Autonomie de la batterie

Il est juste de préciser qu’un appareil hybride est bien plus énergivore qu’un reflex. La cause principale vient de la suppression du miroir et de l’ajout d’un viseur électronique, très gourmand en ressources. Mais pour ce prix, vous obtiendrez la possibilité de prévisualiser le rendu de vos réglages en direct dans le viseur ou sur l’écran arrière, et cela, avant même la prise de vue. Vous pourrez aussi voir dans le noir, ce que ne vous autorisera pas un reflex. Malgré ce petit handicap, le R5 s’en sort bien. En utilisant le mode rafale rapide (20 images secondes) pendant toute la journée, une batterie peut permettre d’enregistrer environ 1000 photos et même un peu plus, ce qui n’est pas mal du tout. Note : 8/10 pour l’autonomie.

Obturateur mécanique ou électronique ?

J’ai testé les deux et je n’ai remarqué aucune différence dans la qualité des photos. En obturation mécanique, le R5 produit des rafales à 12 images par seconde, ce qui est déjà très confortable en photo de sport ou animalière. En obturation électronique la rafale monte à 20 images par seconde et cela fait toute la différence, car vous êtes à peu près certain de ne pas manquer « l’instant décisif » dans une scène d’action. Note : 10/10 pour les possibilités offertes par l’obturation.

Les points négatifs :

Jusqu’à présent je n’ai parlé que des points positifs et vous remarquerez que c’est un quasi-sans-faute pour Canon, mais rien n’est jamais parfait et je n’ai pas l’habitude de taire ce qui ne me plaît pas. Je suis ici pour vous donner un avis objectif, pas pour faire la promo d’une marque, d’un boîtier ou d’un objectif.

Le prix de vente :

À 4400 euros TTC le R5, je pense que ce boîtier est vendu très cher. Pour moi, le juste prix se situe au alentours de 3500 euros. Idem pour le RF 100-500 mm à 3200 le bout, on est proche de la déraison. À 2500 euros, le RF 100-500 mm serait vendu à son juste prix. Alors, si l’argent n’est pas un problème pour vous, foncez ! Par contre si la tirelire n’est pas très pourvue ou si vous ne pratiquez la photo que pour vos loisirs, il va falloir attendre que le prix de la rue baisse. Ne comptez pas sur l’occasion pour vous équiper, car ceux qui comme moi possèdent ce matériel, ne sont pas près de le revendre… Note concernant le prix de vente (boîtier et objectif) : 6/10.

Conclusions

Avec ses nouveaux boîtiers (R5 et R6) et ses nouvelles optiques en monture RF, Canon fait très fort et se hisse au niveau des meilleurs. Terminé l’hégémonie de Sony qui régnait sur le monde des hybrides plein format depuis plusieurs années. Canon a rattrapé son retard et montre qu’il faudra compter avec lui dorénavant.

Ce R5 est une véritable réussite. Pour la photo sportive ou animalière ses 45 MP ne seront pas un handicap et ils offriront la possibilité de recadrer l’image et d’obtenir un équivalent 800mm ou 1 000mm (je vous expliquerai comment faire dans quelques jours) et cela, sans perte de qualité.

Le Canon R5 s’impose comme l’un des meilleurs appareils photo professionnels du marché. Très à l’aise en photo et en vidéo, il fait montre d’une grande polyvalence. La qualité des photos qu’il produit est tout simplement exceptionnelle. Associé à l’excellent, mais cher, RF 100-500 mm il permet aux photographes animaliers ou de sport de mener leurs missions à bien, et cela presque sans fatigue.

Récapitulatif :

Poids de l’ensemble boîtier + objectif : 10/10 – AF : 10/10 – Netteté de l’optique : 10/10 – Stabilisation boîtier + objectif : 10/10 – Ergonomie : 9,8/10 – Montée en ISO : 7,5:10 – Autonomie de la batterie : 8/10 – Obturation : 10/10 – Prix de vente : 6/10.

Note finale : 9,3/10. Si votre budget le permet, je vous recommande ce matériel sans aucune restriction.

À très bientôt. Jean-Michel

4 réflexions sur “Canon EOS R5 + Canon RF 100-500 mm : l’heure du bilan.

  1. Yarri Baren

    SNIF, on est d’abord alléché et prêt à foncer sur les marchands d’appareils photos et puis on arrive au § qui affiche le prix à payer… Dommage ! Il faudra regarder les belles photos de Jean-michel sur ce blog !!!

    Aimé par 1 personne

  2. Gérard Garric

    Bravo pour ces superbes images.
    Il ne nous reste plus qu’à essayer de faire aussi bien ( mais ce sera avec un matériel moins performant!!!).
    Petite question après avoir vu la liste du matériel emporté : Est ce qu’il y avait des choses qui n’ont pas servis et est ce qu’il en a manqué?
    Merci de la réponse.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour, Gérard,
      La réponse est très simple : j’ai presque exclusivement utilisé le Canon R5 et le 100-500 mm. Le R6 n’a pas été utilisé, mais il était là en cas de panne. J’ai également utilisé le RF 14-35mm pour les photos du camp et c’est tout ! Il faut ajouter un chargeur de batterie double, un ordi et un disque dur externe pour les sauvegardes. Le reste n’a pas servi.

      J’aime

  3. Legendre

    Cher Monsieur ,
    Bravo pour toutes ces belles photos .
    Un régal des yeux
    Toutes mes félicitations de la famille également.
    Nous attendons d’autres photos !

    Je vous ai adressé 2 sms nous concernant .
    Merci de me répondre si je peux vous apporter le matériel soit le 3 mars , le 12 , 14 ou 15 mars ?

    Bien à vous , bonne récupération de ce magnifique safari

    Jean Claude Legendre

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s