Et si on osait le mode manuel ?


À l’occasion d’un stage de photographie animalière, qui s’est déroulé hier à la réserve africaine de Sigean, j’ai voulu tester sur le Sony RX 10 IV les réglages que j’utilise habituellement sur mes Canon R3 et R6. Le but était de proposer à mon stagiaire une démarche simple à appliquer et qui fonctionne aussi bien sur des animaux statiques ou en mouvement ainsi que sur des oiseaux en vol.

Résultats : essai très concluant et stagiaire très satisfait. Sachant que de nombreux lecteurs utilisent ce boîtier et que ma technique peut être reproduite sur n’importe quel autre appareil, je vous explique la démarche. Ensuite, à vous de voir, si elle vous convient ou non.

Rapide état des lieux

Lors d’un stage photo, la première chose que je fait est d’évaluer le niveau de chaque stagiaire et son intérêt pour la photographie. S’agit-il d’un grand débutant, d’un passionné qui manque d’expérience ou d’un expert qui souhaite encore progresser ? Une fois que j’ai identifié le niveau de connaissances du stagiaire et ses attentes, il est bien plus facile d’y répondre. Généralement, je procède comme un peintre, par petites touches, en ayant soin d’éviter un cours académique, éloignant ainsi tout risque de prise de tête. Le stagiaire doit comprendre immédiatement ce que je veux lui dire.

Hier, mon stagiaire disposait déjà d’un bon bagage technique, mais il manquait d’assurance et de confiance en ses capacités. Par contre, et je le comprends, il était perdu devant la multitude de réglages proposés par le menu de son Sony RX 10 IV. Comme il était utopique de prendre chacune des options une à une et de les expliquer, j’ai décidé de lui proposer des réglages simples, tout en étant très efficaces.

Premières erreurs et premières corrections

Dès les premières photos, je me suis aperçu que le stagiaire centrait systématiquement les sujets qu’il photographiait ; normal, quand on utilise le collimateur central. Je lui ai donc rappelé la règle qui veut qu’on laisse toujours plus d’espace dans la direction où regarde l’animal que derrière lui. Puis je lui ai conseillé de cadrer moins serré afin de replacer l’animal dans son environnement. Ces notions rapidement assimilées, mon stagiaire se mit à cadrer correctement. Le moment était venu de lui proposer mes réglages.

Et si on passait en mode manuel

Je prends alors son boîtier et je place la molette des modes sur « M » pour Manuel. Le stagiaire comprend immédiatement qu’il va devoir régler lui-même les trois paramètres d’exposition (ouverture, temps de pose et sensibilité ISO). Je lis un comme un soupçon de panique dans ses yeux. Il est temps de dédramatiser la situation, ce que je fais immédiatement.

Je lui explique que nous allons régler la bague d’ouverture sur f/2.4. Ainsi, à 24mm l’ouverture sera de f/2.4 tandis qu’à 600mm elle passera automatiquement à f/4. Sachant qu’en photographie animalière la plus grande ouverture est souvent la meilleure et que sur un capteur de 1 pouce, la profondeur de champ est plus importante que sur un capteur plein format, l’ouverture de f/4 servira pendant toute la séance photo. Voilà un premier réglage que l’on ne touchera plus.

Débarrassons nous maintenant des ISO. La sensibilité sera réglée sur ISO AUTO. Et voici un deuxième réglage qui ne bougera plus. C’est là que le mode Manuel devient intéressant, car en réglant l’objectif sur la plus grande ouverture possible et la sensibilité sur ISO AUTO on ne se débarrasse que de deux réglages sur les trois que nécessite l’exposition.

C’est donc la vitesse qu’il va falloir ajuster pour obtenir une exposition parfaite. Pour faciliter le choix de la vitesse et l’adapter à une exposition parfaite il convient d’afficher l’histogramme dans le viseur et sur l’écran arrière. Pour l’écran, c’est très simple, il suffit d’appuyer plusieurs fois sur la touche DISP jusqu’à ce que l’histogramme s’affiche. Pour le viseur, c’est la même chose : placer l’œil devant le viseur et appuyer sur la touche DISP jusqu’à voir l’histogramme s’afficher.

La vitesse se règle maintenant grâce à la molette arrière du boîtier. Il suffit de la tourner jusqu’à obtenir un histogramme bien équilibré au centre.

Un dernier conseil, ne pas oublier d’utiliser la molette de correction d’exposition pour les oiseaux au plumage blanc.

Voici quelques photos réalisées en utilisant cette technique

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

À propos du mode Manuel

Ce mode peut parfois effrayer le débutant, mais quand il est utilisé comme expliqué ci-dessus, il devient encore plus simple qu’un autre mode. Il suffit simplement d’ajuster le temps de pose et de corriger, au besoin, l’exposition. Je vous laisse tester.

Belles photos et bon dimanche !

Jean-Michel

4 réflexions sur “Et si on osait le mode manuel ?

  1. On va oser un avis contraire pour le mode manuel. Je fais surtout de la proxi ce qui a son importance mais je fais pareil en animalier.
    Pour shooter une image, je surveille :
    1-mon choix de diaphragme pour ma profondeur de champ qui est assez stable chez moi : 2.8 ou 3.5 généralement avec un 150mm macro
    2-la mise au point généralement en manuel
    3-le cadrage qui est super important nécessitant de se déplacer
    4-le fond pour avoir un joli bokeh et parfois aligner des zones claires du fond avec mon sujet d’où déplacements
    5-mon déplacement car le sujet bouge et moi aussi et donc la quantité de lumière varie
    6-le moment idéal pour déclencher
    7-l’exposition que je peux sur ou sous exposer même si ça ce rattrape bien sur l’ordi
    8-les iso pour me garantir une bonne vitesse avec un peu de marge. Je pratique les iso auto avec vitesse plancher paramétrée (comme tu connais Michel)
    (9)-Mais pas la vitesse car avec Iso auto et priorité diaphragme, je ne m’en occupe pas (c’est automatique) et ça fait plaisir de ne pas gérer ce 9° aspect. Un de moins, c’est ça de gagné.
    Voila, c’est juste mon avis sur « expo manuelle’. Ceux qui ont la tête bien faite peuvent aussi gérer en plus les vitesses en manuel mais pourquoi de mieux ?
    Diversité de personnes et de techniques mais c’est un plaisir, sur ton site d’échanger nos savoir faire.
    Je suis fan de ton site et de tes articles.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s