L’éclairage au flash – Partie 2


La mesure TTL

Par le passé, le photographe devait tout d’abord régler son appareil photo puis, dans un second temps, la puissance de son flash en tenant compte de la distance flash-sujet, de l’ouverture et de la sensibilité de sa pellicule. Aujourd’hui, les flashs disposent d’automatismes sophistiqués et performants qui prennent en compte les différents paramètres afin de produire un image bien exposée.  Ces flashs intègrent la mesure E-TTL, acronyme de « Evaluative Through The Lens » qui signifie évaluative à travers l’objectif.

Comment fonctionne ce dispositif de mesure ?

Prenons un exemple : vous envisagez de prendre une photo au flash. Vous déployez alors le flash intégré à votre boitier ou vous placez un flash cobra externe sur la griffe dédiée. Vous cadrez votre sujet, faites la mise au point en appuyant à mi-course sur le déclencheur, puis vous recadrez afin de placer votre sujet au bon endroit sur la photo. Jusque là, vous procédez comme pour une photographie sans flash. Lors de la prise de vue (déclencheur appuyé à fond), le flash va émettre non pas un mais deux éclairs très rapprochés.

Un premier éclair est envoyé par le flash vers le sujet. La lumière émise est renvoyée par le sujet vers l’appareil. Elle traverse alors l’objectif (Through The Lens) avant d’être analysée avec précision. A partir de là, le miroir se relève, l’obturateur s’ouvre, le flash émet le deuxième éclair dont la puissance est déterminée grâce aux informations fournies par le premier éclair. La photo est prise et, dans une grande majorité des cas, elle est correctement exposée.

Pour de très nombreux utilisateurs de flash, le premier éclair sert au dispositif de lutte contre « les yeux rouges ».  Il n’en n’est rien, ce dispositif fonctionne différemment. Il arrive également que le flash émette des salves rapides d’éclairs. Ces salves ne sont pas destinées à la mesure de l’éclairage, elles facilitent la mise au point en lumière faible.

Quand la mesure E-TTL est faussée

Par défaut, l’appareil numérique utilise une mesure de la lumière évaluative. L’image est divisée en plusieurs secteurs, chacun d’eux est analysé pour conduire à une mesure globale tenant compte des caractéristiques de l’image. La mesure évaluative est généralement très performante.

mesure-evaluative

Imaginons maintenant que votre sujet (portrait) se trouve devant un fond blanc. Ce fond blanc va tromper la mesure évaluative conduisant à une photo sous exposée. Il en sera de même pour un sujet très clair occupant une place importante dans l’image (mariée en robe blanche).

A contrario, si votre sujet se trouve devant un fond sombre, ou si votre sujet est sombre est occupe une place importante dans l’image, la mesure évaluative va conduire à une surexposition de l’image.

Pour contrer les problèmes évoqués ci-dessus plusieurs possibilités s’offrent à nous :

  • La correction de la puissance du flash ;
  • La mesure de la lumière sur le sujet ;
  • Le bracketing flash ;
  • L’utilisation d’une charte de gris.

 

Rôle de l’ouverture et de la vitesse

La vocation du flash est d’apporter de la lumière là où elle manque ou est de mauvaise qualité. Contrairement aux idées reçues, un flash sera plus utile de jour que de nuit. Le jour, le flash peut permettre de déboucher les zones sombres, d’illuminer un sujet placé à contre-jour, de créer un éclairage rasant comme au crépuscule, de réduire la lumière éclairant l’arrière plan afin de détacher le sujet principal.

Jeune photographe, je voyais le flash électronique comme un accessoire cher et peu utile. L’expérience aidant, je considère aujourd’hui le flash comme un accessoire aussi indispensable qu’un trépied. Une photo au flash est réussie lorsque l’on ne s’aperçoit pas de son utilisation.

Pour que la magie du flash opère, l’ouverture doit être correctement réglée. Cette ouverture dépend avant tout de la distance flash-sujet. Votre flash électronique doit être équipé d’une échelle des distances. Elle s’affiche sur l’écran du flash et permet de déterminer l’ouverture en fonction de la distance séparant le sujet du flash que ce dernier soit réglé à pleine puissance ou non.

flash1

Echelle des distances

Remarques : ici le flash est réglé en mode manuel. La puissance du flash a été réduite à 1/32ème. La focale utilisée par l’objectif est de 200mm. Pour une distance flash-sujet de 2,10 mètres le flash conseille d’utiliser une ouverture de f/6.3.

 

Je vais insister lourdement sur le fait qu’une exposition correcte au flash dépend uniquement de l’ouverture. Le flash ne se préoccupe jamais de la vitesse d’obturation utilisée.  Beaucoup de photographes pensent que la vitesse de synchronisation (synchro flash) est importante pour la photo au flash. C’est un mythe ! La vitesse de synchro n’est autre que la vitesse la plus rapide que vous pouvez utiliser avec votre flash. Réduire cette vitesse permet de « travailler » la lumière ambiante. C’est ce mélange subtil de lumière ambiante et de lumière du flash qui permet d’obtenir les prises de vues les plus spectaculaires.


Pour réussir vos photos au flash, rappelez vous les deux règles suivantes :

  1. L’ouverture, et elle seule, contrôle la quantité de lumière émise par le flash pour éclairer le sujet. Cette ouverture est liée à la distance flash-sujet. Pour modifier l’ouverture sans modifier la distance flash-sujet, il conviendra de modifier la puissance du flash.
  2. La vitesse d’obturation permet de doser la quantité de lumière ambiante admise à exposer la photo. Plus la vitesse d’obturation sera rapide et plus la lumière ambiante sera réduite. On estime que pour supprimer presque totalement la lumière ambiante il faut multiplier la vitesse par trois.

Vous retiendrez donc que le flash éclaire le sujet et lui seul et que la quantité de lumière issue du flash est gérée grâce à l’ouverture. Vous retiendrez également que la vitesse d’obturation permet de doser la quantité de lumière éclairant le reste de l’image (lumière ambiante).

Voyons un exemple concernant le dosage de la lumière ambiante. J’ai réalisé trois photos d’un même sujet à l’aide d’un boitier Fujifilm X-T1 et du flash EF-20 de la marque. Pour chacune de ces photos la distance flash-sujet, le réglage ISO (200) et l’ouverture (f/8) sont identiques. Le flash fonctionne en TTL sans aucune correction. Le seul réglage modifié à chaque prise de vue est la vitesse d’obturation.

Voici la photo n° 1 : vitesse 1/30ème de seconde.

photo1

 

Voici la photo n° 2 : vitesse 1/60ème de seconde.

photo3

Voici la photo n° 3 : vitesse 1/125ème de seconde.

photo2

Comme indiqué précédemment, le flash ne s’occupe d’éclairer que le sujet, soit ici la fleur artificielle. Vous remarquerez que l’exposition de la fleur est identique sur chaque cliché. Par contre le réglage de la vitesse (différent lors de chaque prise de vue) a influencé le pourcentage de lumière ambiante. Au 30ème de seconde on distingue nettement le meuble en arrière plan. Au 60ème de seconde le meuble disparait partiellement grâce à un fond plus sombre. Au 125ème de seconde, le meuble devient presque invisible tant le fond est obscurci, et pourtant la photo a été prise en plein jour.

Ce que vous devez retenir de cet exemple :

  • Le flash n’éclaire que le sujet sur lequel la mise au point a été faite. Il n’intervient absolument pas dans l’exposition du reste de l’image.
  • La vitesse d’obturation permet de gérer la quantité de lumière ambiante souhaitée dans la photo. Plus la vitesse est rapide moins la lumière ambiante sera présente et plus l’arrière plan sera foncé. Cette gestion de la lumière ambiante est très importante car elle peut vous permettre d’isoler votre sujet lorsque l’arrière plan n’est pas très esthétique (en photo macro par exemple).

Dans la Partie 3 consacrée à l’éclairage au flash, nous ferons plus ample connaissance avec cet accessoire. Après une description des différentes parties du flash, nous découvrirons son principe de fonctionnement avant d’aborder les notions de synchronisation au 1er rideau, au 2ème rideau ainsi que la synchronisation à haute vitesse.

A très bientôt.

Jean-Michel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s