Réussir ses photos au cirque


La photo de cirque : Voilà un sujet très peu traité sur Internet, pourtant les opportunités de réaliser de belles images sont nombreuses et variées. Les photos illustrant cet article ont été prises le 7 mai 2016 à Narbonne lors de deux représentations successives du Cirque Médrano.  Un grand merci à mon ami Jacques Montereau dont la passion pour le cirque est très communicative. Mes remerciements vont également à la direction du cirque Médrano pour avoir accepté nos demandes d’accréditation et pour l’accueil chaleureux dont nous avons bénéficié.

La photo de cirque, disons le tout de suite, est loin d’être simple. Elle requiert du bon matériel ; un boitier capable de monter dans les ISO et des optiques très lumineuses. Elle demande également un solide bagage technique et une parfaite connaissance de son boitier. En effet, les réglages seront modifiés pratiquement à chaque photo pour tenir compte du mouvement des intervenants et des conditions lumineuses très changeantes (moments d’obscurité alternant avec des lumières vives ou tamisées).

Je vais donc prendre les problèmes les uns après les autres afin de vous proposer une méthode qui vous permette d’obtenir de belles images.

Le premier problème : l’angle de prise de vue

Le premier problème auquel le photographe de cirque est confronté c’est l’angle de prise de vue. Une fois assis à sa place, le photographe ne peut plus bouger. C’est pourquoi les places situées en bord de piste et face à l’entrée des artistes sont les meilleures.  Elles permettent plus facilement de faire varier les angles. Malheureusement elles sont aussi les plus chères, mais c’est compréhensible.  Je vous conseille d’arriver très en avance car les places ne sont pas numérotées. Les premiers arrivés choisissent les meilleures places, les autres prennent ce qui reste…

Le second problème : les grilles

Lorsqu’il s’agit de faire travailler des fauves, de hautes grilles de sécurité sont disposées sur le pourtour de la piste. Dressées entre les félins et l’objectif du photographe, ces grilles permettent difficilement de rendre hommage au magnifique travail du dompteur. Alors, il faut composer avec elles, les utiliser comme un décor rappelant la dangerosité de ce métier. La difficulté sera de faire la mise au point sur un animal en mouvement à travers les grilles… Bonne chance ! En ce qui me concerne je ne suis pas tout à fait satisfait du résultat ci-dessous. Je ne cherche pas d’excuse même si c’est la première fois que je me livre a cet exercice difficile.

DSCF0448.jpg

Au 70-200, il sera possible de zoomer afin de « s’infiltrer » entre deux barreaux. L’exercice ne sera possible que si vous êtes suffisamment proche de la grille. Voici ce que l’on peut espérer.  Les barreaux avant sont encore présents mais pas trop gênants.

DSCF4125.jpg

Le troisième problème : la lumière

S’il est une chose difficile à maîtriser dans un cirque, c’est la lumière, car elle change en permanence. La piste peut rapidement passer du noir absolu à un très puissant projecteur de poursuite, d’une piste enfumée a une piste fortement éclairée par plusieurs projecteurs colorés… Une optique lumineuse (f/2.8) à très lumineuse (f/1.4) est conseillée si vous voulez éviter de voir s’envoler les ISO.  Le but étant de conserver une vitesse suffisante afin que tout sujet en mouvement soit net.  L’idéal est un 70-200 f/2.8, cependant, ce type d’objectif a un coût non négligeable… Si votre 70-200 s’arrête à f/4, vous devrez compenser la perte de luminosité en augmentant la valeur ISO, donc disposer d’un boîtier qui gère correctement la montée en sensibilité. L’utilisation d’une grande ouverture permet également d’isoler le sujet du fond,  majoritairement composé par le public, ce qui n’est pas forcement l’idéal. Voici quelques images ayant nécessité un contrôle pointu de l’exposition.

DSCF0510.jpg

DSCF0518-Modifier-Modifier.jpg

DSCF0521.jpg

DSCF0555.jpg

DSCF0695.jpg

Le quatrième problème : la vitesse d’obturation

L’intensité lumineuse étant très changeante sur la piste, il est important de toujours avoir à l’esprit le contrôle de la vitesse d’obturation. Le passage d’une vitesse de 1/125ème de seconde à 1/30ème de seconde est très fréquent.  Si l’objectif ou le boitier n’est pas stabilisé alors les flous seront légion…

Dans les trois images ci-dessous, j’ai fermé un peu l’ouverture (f/8 à f/11) afin de bénéficier d’une vitesse plus lente restituant mieux le mouvement.

DSCF4168.jpg

DSCF4044.jpg

DSCF4148.jpg

Le cinquième problème : la foule

La foule peut représenter un problème pour le photographe. Si vous ne vous trouvez pas en bord de piste il va falloir sortir vos voisins du cadre. Pour cela, il faudra se lever au risque d’attirer le courroux des personnes placées derrière vous. Vous pourrez aussi tenter de photographier entre les têtes des personnes placées devant vous. Il est alors conseillé d’obtenir leur autorisation en espérant tomber sur des voisins compréhensifs. Comme je vous le disais précédemment les meilleures places se trouvent en bord de piste. Il faudra payer un peu plus cher, mais c’est à ce prix que vous reviendrez avec de belles images.

Le sixième problème : la poussière en bord de piste

Si vous vous trouvez en bord de piste, sachez que la poussière y est parfois omniprésente. Il ne sera pas question de changer d’objectif avant l’entracte. Dans ce cas, la seule solution consiste à utiliser deux boitiers ; le premier équipé d’un grand angle (de 24 à 35mm) le second d’un petit télé (70-200mm).

Voici quelques autres images en espérant qu’elles vous donneront envie de pratiquer la photographie au cirque. Les gens du cirque travaillent dur pour offrir le meilleur. Ils méritent vraiment qu’on aille les voir car leur gentillesse n’a d’égal que leur talent !

DSCF4142.jpg

DSCF4191.jpg

DSCF4201.jpg

DSCF4162.jpg

DSCF4215.jpg

DSCF4219.jpg

DSCF4235.jpg

DSCF4274.jpg

DSCF4265.jpg

DSCF4076.jpg

Vive le cirque  et à très bientôt !

Jean-Michel.

Publicités

5 commentaires sur « Réussir ses photos au cirque »

  1. Je ne dépose pas systématiquement de commentaire … Mais là, je n’ai pas le droit de m’abstenir, cela tient en un mot: bravo. Il s’agit de magnifiques images avec ambiance festive, malgré les défis techniques que tu as soulignés.

    J'aime

  2. Jean Michel vous à tout dit sur la prise de vue au cirque, pas facile c’est vrai mais les gens du cirque sont généreux et accueillants
    C’est pourquoi sous le chapiteau je suis toujours fasciné par les performances des artistes.
    Les numéros sont de plus en plus inventifs et incroyables.
    Bravo Jean Michel pour tes photos magnifiques
    JM

    J'aime

  3. Splendide. Je n’ai jamais vu d’aussi belles photos…celle des bayadères à peine éclairées est d’une beauté absolue.
    Merci Jean-Michel !

    J'aime

  4. Comme toujours de magnifiques photos, et qui nous entraînent dans un domaine que nous voyons très peu. L’éclairage est beau et les mouvements bien rendus.Merci de nous les faire partager, et bravo à ces artistes.
    Le photo des clowns équilibristes avec les assiettes est superbe de par sa netteté, on s’y croirait.

    J'aime

  5. Comme toujours de magnifiques photos, et qui nous entraînent dans un domaine que nous voyons très peu. L’éclairage est beau et les mouvements bien rendus.Merci de nous les faire partager, et bravo à ces artistes.
    Le photo des clowns équilibristes avec les assiettes est superbe de par sa netteté, on s’y croirait.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s