Photographie

La vitesse d’obturation ou temps de pose


La vitesse d’obturation, aussi appelée « temps de pose » constitue l’un des trois piliers de l’exposition avec l’ouverture et la sensibilité.

Le temps de pose correspond à la durée pendant laquelle la surface sensible de l’appareil argentique ou numérique est exposée à la lumière, lors de la réalisation d’une photographie. C’est donc la durée pendant laquelle l’obturateur reste ouvert afin de laisser la lumière parvenir jusqu’au capteur (nous ne parlerons dorénavant que d’appareil photo numérique).

Figure 1: L’obturateur à rideaux du boîtier argentique Minolta SRT 303 b. À gauche l’obturateur est fermé, à droite il est ouvert.

Capture d’écran 2018-07-16 à 19.04.37.png

La vitesse s’exprime généralement en secondes ou fractions de seconde :

  • Une vitesse lente ou un long temps de pose (1 seconde par exemple), permet d’exposer longtemps la surface du capteur. C’est très utile lorsque la scène manque de lumière. En photo de nuit par exemple. Cela permet d’éviter la sous-exposition. ;
  • un court temps de pose ou une vitesse rapide (1/500s par exemple), permet d’exposer le capteur pendant très peu de temps. C’est toujours le cas lorsque la scène est très lumineuses. Cela permet d’éviter la sur-exposition.

Quand on double le temps de pose (par exemple de 1/8 s. à 1/4 s.), on double la durée de l’exposition et, par conséquent, la quantité de lumière transmise au capteur.

Au-delà des considérations liées à l’exposition, la vitesse a des conséquences sur le rendu ou l’esthétique de la photo, en particulier sur la netteté. Une vitesse rapide telle que le 1/2000 s. a pour conséquence de figer le sujet et de le rendre net même s’il est en mouvement. Une vitesse lente telle que 1/15 s. provoque du flou, si l’appareil ou le sujet est mobile. En jouant ainsi sur la vitesse de l’obturateur lorsque le sujet est mobile on peut obtenir de très nombreux effets, pour représenter le mouvement sur une photo.

 

Comment choisir le temps de pose ?

Le temps de pose doit être choisi en fonction de trois critères :

  • l’effet que l’on souhaite offrir à sa photo : figer le sujet, faire en sorte qu’il soit bien net, ou obtenir un effet de filé pour exprimer le mouvement ;
  • la vitesse de déplacement du sujet ;
  • la focale utilisée pour les images réalisées à main levée.

Voyons maintenant en détail ces cas pratiques.

Je souhaite obtenir un sujet bien net :

Pour obtenir un sujet figé et parfaitement net il convient d’utiliser une vitesse rapide. Cette vitesse s’apprécie en fonction du mouvement ou du déplacement du sujet.  une vitesse de 1/100 s. sera suffisante pour le portrait d’une personne qui bouge peu ou très lentement. Un cycliste qui se déplace à vitesse moyenne sera parfaitement net en utilisant une vitesse de 1/250 s. tandis qu’un sprint du Tour de France demandera une vitesse plus élevée de l’ordre de 1/1000 s. voire 1/2000 s. Pour un oiseau rapide en vol il conviendra de multiplier la focale par deux ou trois afin d’obtenir la vitesse idéale. Un canard vole à environ 60 km/h. Pour le figer en vol et s’assurer de la netteté vous devrez multiplier la focale utilisée par trois. Ainsi, avec un 600mm il conviendra d’utiliser une vitesse au moins égale à 600 x 3 = 1/1800 s.

Notez que plus la vitesse d’obturation est rapide et moins le capteur reçoit de lumière. Aussi, il conviendra d’utiliser une grande ouverture afin de multiplier la quantité de lumière qui parviendra au capteur. Si malgré cela, il manque encore de lumière, vous devrez vous résoudre à augmenter la valeur de la sensibilité Iso.  Mais, vous n’ignorez pas qu’une sensibilité trop importante va dégrader votre image à cause de l’apparition de bruit numérique.  Dans ce cas, vous devrez vous résoudre à utiliser le flash.

Je souhaite obtenir un sujet flou :

Il peut arriver que l’on souhaite rendre son sujet totalement flou. Cette volonté s’inscrit toujours dans une démarche artistique. Elle conduit parfois à des images d’une grande modernité, souvent proche de l’abstraction. Le problème avec ce type d’image est de savoir doser la quantité de flou. Généralement, on considère que le bon dosage est obtenu lorsque le sujet est encore identifiable. Si ce n’est pas le cas, vous obtiendrez une photo abstraite ou les formes et couleurs joueront un rôle essentiel.

sony RX10-11

Le choix d’une vitesse lente m’a permis d’obtenir cette image d’une libellule en vol. Il faut bien entendu savoir que c’est une libellule, mais insérée dans une série cette photo prend tout son sens.

Les réglages sont également délicats lorsqu’il s’agit d’obtenir un beau filé. Plus le temps de pose choisi sera long, plus il y aura de flou sur l’image finale. La « quantité » optimale de flou est très variable et dépend toujours de l’effet recherché, de la vitesse de déplacement du sujet, et de la luminosité ambiante. Plusieurs essais et corrections permettront de trouver les bons réglages.

Longueur focale et photo à main levée :

Afin d’éviter le flou de bougé lors de la prise d’une photo à main levée, il est recommandé d’utiliser une vitesse au moins égale à la focale (par exemple 1/500s. avec un 500mm) ou 100s. avec un 100mm si l’on photographie un sujet fixe. Il conviendra de multiplier cette vitesse par deux ou par trois si le sujet est mobile.

Un bouquetin en train de paître tranquillement, photographié à une focale de 500 mm demandera une vitesse de 1/500s. Prendre des chevaux sur un champ de course demandera une vitesse 3 fois supérieure pour une focale identique. Sachez que plus une focale est longue et plus les risques de flou sont présents, cela provient à la fois du taux de rapprochement de l’objectif mais aussi de son poids (les longues focales sont plus lourdes que les autres).

Dans les calculs mentionnés ci-dessus, il faut tenir compte de la taille du capteur. La règle mentionnée ne vaut que pour les capteurs plein format (24 x 36). Pour un capteur APS-C il faudra multiplier la focale par 1,5 et pour un capteur 1 pouce, par deux.

Si votre appareil ou objectif est dispose d’un système de réduction de vibration (stabilisateur), vous pouvez utiliser une vitesse deux à trois fois plus lente que celle de la recommandation. Tenez également compte que le stabilisateur de votre appareil ne sert plus à rien au delà du 1/500 s.

À très bientôt !

Jean-Michel

2 comments on “La vitesse d’obturation ou temps de pose

  1. Merci toujours appréciable de faire des révisions. Pourrais tu faire un petit sujet sur la technique à utiliser pour les photos d’orages. Merci beaucoup

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :