Le futur des cartes mémoires


Si le capteur constitue le coeur de l’appareil photo, les cartes mémoire en sont certainement le cerveau. Ces petits morceaux de plastique (je ne parle ici que de l’enveloppe) permettent de stocker nos images dans l’attente de leur transfert vers un ordinateur ou un disque dur externe.

Aujourd’hui plusieurs types de cartes se côtoient : la Compact Flash presque abandonnée, la XQD qui n’a jamais vraiment convaincu en raison d’un prix élevé, la SD CARD, la plus utilisée qui évolue actuellement vers l’UHS III, la CFast à l’avenir incertain et la CFexpress dont on commence à entendre parler. Dans cette petite guerre qui parviendra à tirer son épingle du jeu ? Prévoir l’avenir c’est ce que vous propose cet article… Rien de moins !

Non, je vous rassure, je suis toujours photographe et ma reconversion vers la cartomancie n’est pas pour demain. Mais il est parfois bon de se projeter vers l’avenir, et de tenter de savoir de quoi demain sera fait.

Dans le domaine de la carte mémoire, il est pratiquement certain que la compact flash vit ses derniers instants. Il ne reste donc que quatre formats, la XQD chère et pas toujours facile à trouver, la SD qui s’utilise aujourd’hui sur de très nombreux boîtiers, la CFast 2 et la CFexpress dont on commence à entendre parler.

Mais que pensent les fabricants de boîtiers de ces différents formats ? Sur ses derniers hybrides 24×36 Nikon a fait le choix « risqué » de la XQD. Chez Canon ou Hasselblad on a fait le choix de la Cfast 2 en complément de la SD. Chez Sony, c’est clairement la SD qui a la préférence. Cette dernière ne cesse d’évoluer. Actuellement en version UHS-I et UHS-II bien plus rapide, elle est capable d’atteindre des vitesses de 300 Mo/seconde. Sa capacité est de 2 To (pour la SDXC).

Le problème avec les cartes SD actuelles vient de leur relative fragilité ainsi que de la limite de 2 To, jugée trop limitée par les professionnels. Pour répondre à leurs besoins, Sony vient de lancer la TOUGH X-FG (résistant à une immersion de 72 heures dans 5 mètres d’eau). Cette carte est fabriquée dans une coque monobloc, qui lui confère une grande résistance aux agressions externes (eau, poussières, sable, torsion…).

Capture d’écran 2018-09-23 à 16.39.57.png    Capture d’écran 2018-09-23 à 16.40.14.png

D’après la SD Association, la SD du futur se nommera SD Express et utilisera l’UHS III permettant d’atteindre 985 Mo/s et une capacité maximale de 128 To (SDUC).

La CFast 2, qui s’était donné pour objectif de remplacer la compact flash est limitée à 600 Mo/s se qui est très insuffisant pour un enregistrement en 4K à des vitesses supérieures à 60 im/s. Aucune CFast 3 n’étant prévu pour l’instant, il semble que ce type de carte doive prochainement disparaître.

PROGRADE, maison fondée par des anciens de Lexar, va prochainement produire une CFexpress de 1 To. Cette carte permettra d’atteindre des vitesses de 1400 Mo/s en lecture et 1000 Mo/s en écriture. Elle sera compatible avec les Nikon Z6 et Z7 après mise à jour du firmware.

prograde_1tb_cfexpress.jpg

Dans cette guerre des formats et des normes, il semble que les CFexpress et les SDexpress soient les plus aptes à réussir. L’avenir nous dira si j’ai raison ! Dans le cas contraire il me restera le Hara-Kiri pour éviter l’humiliation…

À bientôt !

Jean-Michel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s