Photographie

Comprendre l’ouverture du diaphragme


L’ouverture du diaphragme fait partie des trois paramètres permettant de gérer l’exposition avec la vitesse et la sensibilité. L’ouverture d’un objectif photographique est le réglage qui permet d’ajuster le diamètre d’ouverture du diaphragme.

Le diaphragme est un élément mécanique, composé de lamelles, placé sur le trajet suivi par la lumière dans un objectif. La taille de l’ouverture du diaphragme régule la quantité de lumière admise à l’intérieur du boîtier.

Par convention, l’ouverture est exprimée à l’aide de valeur « f/ » où :

  • une petite valeur  f/, telle que f/2.8, correspond à une grande ouverture laissant entrer beaucoup de lumière. C’est très utile pour les scènes relativement sombres car cela permet d’éviter la sous-exposition ;
  • une grande valeur f/, telle que f/16, correspond à une petite ouverture laissant entrer peu de lumière. C’est très utile pour les scènes très lumineuses  car cela permet d’éviter la sur-exposition.

Les valeurs d’ouverture les plus courantes sont : 

ouverture-diaphragme.jpg

Si vous fermez le diaphragme d’une valeur par exemple de f/2.8 à f/4, vous  diminuez de moitié la taille de l’ouverture du diaphragme, par conséquent vous diminuez également de moitié la quantité de lumière transmise vers le capteur (ou le film argentique).

À l’inverse, si vous ouvrez le diaphragme d’une valeur, vous multipliez par deux la taille de l’ouverture du diaphragme, par conséquent vous multipliiez également par deux la quantité de lumière transmise vers le capteur (ou le film argentique).

Les photographes ont l’habitude d’utiliser l‘ouverture du diaphragme pour exprimer les corrections d’exposition. L’expression « ouvrir d’un diaph. » correspond à une correction d’exposition de +1IL  ou +1 stop (laisser entrer  deux fois plus de lumière). À l’inverse, « fermer d’un diaph. » correspond à une correction d’exposition de -1IL ou -1 stop (laisser entrer deux moins plus de lumière).

En plus de son impact sur l’exposition, l’ouverture influence également la profondeur de champ (PDC). La profondeur de champ exprime l’amplitude de la zone de netteté d’une photo.

Une grande ouverture telle que f/2.8 produit une faible PDC. Seule la zone ou la mise au point a été effectuée est nette. C’est très utile en photo de portrait, mais pas seulement.

Une petite ouverture donne lieu à une grande PDC. La zone de netteté peut s’étendre sur une grande partie voire la totalité de l’image. C’est très pratique en photographie de paysage.

Quelques exemples en image

pdc-1.jpg

Ici, la profondeur de champ est faible (grande ouverture de f/2.8) ; l’arrière plan est flou tandis que le bouquet, figurant au premier plan, est également flou. La mise au point à été effectuée sur les yeux de la mariée.

pdc-2.jpg

Dans cette nouvelle photo la profondeur de champ est également faible (grande ouverture de f/2.8). Par contre, cette fois ci la mise au point a été effectuée sur le bouquet. Les mariés ainsi que l’arrière plan se trouvent dans la zone de flou.

pdc-4.jpg

Voici un paysage pris à f/16 (diaphragme fermé). La profondeur de champ est importante et couvre toute l’image.

L’ouverture en pratique :

Deux raisons poussent généralement le photographe à modifier l’ouverture :

  1. Pour modifier la quantité de lumière qui entre dans l’objectif. En plein  soleil, le photographe aura tendance à fermer le diaphragme.
  2. Pour modifier la profondeur de champ et la faire correspondre à la photo que vous souhaitez obtenir. Pour un portrait, vous rechercherez un beau flou d’arrière plan, afin d’isoler le sujet de son environnement. Pour un paysage, vous rechercherez une PDC maximale.

Comme l’un ne va jamais sans l’autre : si vous ouvrez pour laisser passer plus de lumière, vous diminuerez la PDC. Si vous fermez pour augmenter la PDC, vous diminuerez la quantité de lumière qui passe à travers l’objectif… 

Comme très souvent en photographie, il faudra décider quelle est votre priorité et modifier d’autres paramètres comme la vitesse ou la sensibilité afin d’obtenir ce que vous souhaitez

Enfin, et pour être complet, notons que les ouvertures influent également sur la qualité de l’image finale.

Concrètement :

  • Les très grandes ouverture (en deçà de f/5.6, f/4 ou f/2.8, selon la qualité de l’objectif) provoquent du vignettage (assombrissement des coins de l’image) ;
  • Les très petites ouvertures (au-delà de f/16, pour n’importe quel objectif) provoque de la diffraction (perte de netteté).

C’est pour ces raisons que, lorsque vous n’avez pas de contrainte lié à la luminosité de la scène ou à la profondeur de champ, il est souhaitable d’adopter des ouvertures comprises entre f/5.6 et f/11.

À très bientôt !

Jean-Michel

1 comment on “Comprendre l’ouverture du diaphragme

  1. f/1.4 (on ne peut guère plus lumineux !)
    Merci JM.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :